Une première greffe de main et d'avant-bras réalisée au Canada

Une équipe de chirurgiens de Toronto a réussi à greffer un avant-bras et une... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Diana Mehta
La Presse Canadienne
Toronto

Une équipe de chirurgiens de Toronto a réussi à greffer un avant-bras et une main - une première canadienne qui ouvre la voie à d'autres interventions semblables au pays.

Une équipe de chirurgiens de Toronto a réussi à greffer un avant-bras et une main - une première canadienne qui ouvre la voie à d'autres interventions semblables au pays.

L'heureuse bénéficiaire de la greffe est une femme de 49 ans qui avait perdu une main et l'avant-bras, juste en bas du coude, il y a plusieurs années dans un accident. La candidate avait été choisie après une série de tests physiques mais aussi psychologiques.

Le docteur Steven McCabe, qui a dirigé l'équipe de chirurgiens au Western Hospital, rappelle qu'il ne s'agit pas d'une percée médicale puisque cette intervention a déjà été pratiquée ailleurs dans le monde. Par contre, le succès de l'opération à Toronto permettra d'offrir dorénavant cette délicate et très longue opération au Canada.

Le docteur McCabe faisait d'ailleurs partie de l'équipe de chirurgiens qui avait réussi la toute première transplantation d'une main, en 1999 à Louisville, au Kentucky. Il est rentré au Canada il y a trois ans et demi pour partager son expertise à l'hôpital Western de Toronto.

L'intervention, pratiquée plus tôt ce mois-ci, a duré environ 14 heures et mis à contribution 18 chirurgiens. Les médecins ont utilisé sensiblement les mêmes techniques qu'en 1999, mais les progrès en matière d'immunothérapie augmentent aujourd'hui les chances de succès, rappelle le docteur McCabe.

La bénéficiaire de la greffe, qui n'est pas identifiée, se remet bien de l'opération, mais elle n'a pas encore retrouvé l'usage de sa main ou le sens du toucher, a indiqué le spécialiste.

«Les nerfs doivent maintenant se régénérer pour que la patiente commence à retrouver des fonctions motrices et sensorielles de sa (nouvelle) main», ce qui devrait arriver dans trois à six mois, explique-t-il.

«La plupart des patients récupèrent un sens du toucher et un usage utile de la main, mais aussi un formidable sentiment d'intégrité physique, ce qu'ils n'ont pas avec une prothèse», estime le docteur McCabe.

Jusqu'ici, plus de 110 greffes de main ont été pratiquées dans une quinzaine de pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer