Sida: résultats prometteurs d'un vaccin expérimental sur des singes

Ce vaccin expérimental a permis d'obtenir une protection... (PHOTO AFP)

Agrandir

Ce vaccin expérimental a permis d'obtenir une protection totale chez la moitié des douze singes contre une infection par le virus de l'immunodéficience simienne (VIS), similaire au VIH chez les humains.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Un vaccin expérimental contre le VIH, le virus responsable du sida, a produit des résultats prometteurs chez des singes, selon une étude publiée jeudi dans la revue américaine Science.

Ce vaccin «à double détente», qui consiste tout d'abord à préparer le système immunitaire avec un autre agent pathogène avant de le doper avec une protéine se trouvant sur l'enveloppe du VIH, pourrait être la meilleure stratégie de protection contre une infection par ce virus chez les humains, estiment les chercheurs.

Ils ont tout d'abord injecté à des singes un vaccin contre un adénovirus, des virus liés à de nombreuses infections humaines, de façon à mettre en éveil leur système immunitaire. Dans un second temps, ils leur ont donné une sorte de rappel avec, cette fois, une protéine purifiée formant l'enveloppe du VIH, déclenchant une réaction plus vigoureuse des cellules immunitaires.

Cette approche, qui vise à démultiplier à la fois la magnitude de la réponse immunitaire et à étendre la protection contre des agressions virales ultérieures, a été utilisée avec succès dans des vaccins contre Ebola.

Ce vaccin expérimental a permis d'obtenir une protection totale chez la moitié des douze singes contre une infection par le virus de l'immunodéficience simienne (VIS), similaire au VIH chez les humains.

Ces travaux démontrent également qu'il existe un lien très fort entre la capacité de protection de ce vaccin et le nombre d'anticorps produits pour combattre le virus, ce qui conforte la poursuite de son développement pour les humains.

«Nous sommes encouragés par les résultats de cette étude préclinique qui ouvrent la voie à l'évaluation d'un vaccin candidat pour les humains», a déclaré le virologue Dan Barouch, professeur à la faculté de médecine de l'Université de Harvard, l'un des principaux auteurs de ces travaux.

Un essai clinique de phase 1 est déjà en cours avec des volontaires en bonne santé pour évaluer l'innocuité du vaccin expérimental.

Le groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson, dont des chercheurs participent à ces travaux, recrute actuellement 400 volontaires aux États-Unis et au Rwanda pour mener un essai clinique de phase 1-2 (HIV-V-A004) afin d'évaluer cette approche vaccinale. Ils prévoient également d'en recruter d'autres en Afrique du Sud, en Ouganda et en Thaïlande.

«Malgré des progrès importants dans les traitements de l'infection par le VIH, ce virus demeure l'une des plus grandes menaces pour la santé publique mondiale, avec des millions de personnes infectées chaque année», a souligné le Dr Paul Stoffels, responsable scientifique et directeur général de Johnson & Johnson.

«Notre but ultime est de mettre au point un vaccin contre le VIH et nous espérons qu'un jour nous aiderons à éradiquer ce virus», a-t-il ajouté dans un communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer