Hépatite C: une nouvelle génération efficace de médicaments

Le sofosbuvir, du laboratoire américain Gilead Sciences, est le premier... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le sofosbuvir, du laboratoire américain Gilead Sciences, est le premier médicament d'une nouvelle génération de traitements contre l'hépatite C, les antiviraux à action directe (AAD), très efficaces et avec peu d'effets secondaires.

Cette maladie du foie à évolution lente est provoquée par un virus, le VHC, transmis par le sang.

Dans sa forme chronique qui est la plus grave, l'hépatite C touche 130 à 150 millions de personnes dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Entre 350 000 et 500 000 personnes meurent chaque année des conséquences de cette maladie, principalement de cancer du foie ou de cirrhose.

En France, on estime à 230 000 les malades chroniques de l'hépatite C. Entre 80 000 et 128 000 d'entre eux ont besoin des nouveaux traitements de type AAD.

Les AAD agissent en bloquant la capacité de multiplication du virus de l'hépatite C et sont bien plus efficaces que les traitements conventionnels par interféron et ribavirine, avec un taux de guérison dépassant les 90%.

Faciles à administrer, ils n'ont pas les effets secondaires, souvent très difficiles à supporter, de ces autres produits sur l'humeur, l'agressivité ou l'appétit des patients.

On compte d'autres AAD déjà autorisés en Europe, parmi lesquels le daclatasvir (Daklinza) de l'américain Bristol-Myers Squibb (BMS), ou siméprévir (Olysio) de Janssen-Cilag (groupe américain Johnson & Johnson).

Mais le sofosbuvir (Sovaldi) a été le premier de cette catégorie à être autorisé et semble disposer d'une longueur d'avance.

Un tarif de 41 000 euros pour la France pour un traitement standard de 12 semaines de sofosbuvir a été établi en novembre après des négociations entre l'État français et Gilead qui a, à cette occasion, consenti un rabais par rapport à son prix initial de 57 000 euros.

Soigner avec le sofosbuvir tous les patients qui en auraient besoin en France coûterait plus de 5 milliards d'euros à la Sécurité sociale (qui le rembourse entièrement), soit le tiers du déficit de l'Assurance maladie pour 2014, selon les calculs de Médecins du Monde.

Une étude dirigée par un chercheur de l'Université de Liverpool, Andrew Hill, a évalué en 2014 le coût de fabrication réel du sofosbuvir entre 68 et 136 dollars (60 à 120 euros) pour les 12 semaines de traitement préconisées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer