Sida: une guérison naturelle qui ouvre des perspectives

En mettant fin à l'épidémie d'ici à 2030,... (PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

En mettant fin à l'épidémie d'ici à 2030, le monde éviterait 18 millions de nouvelles infections et 11,2 millions de décès liés au sida entre 2013 et 2030.

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Paris

La guérison apparente de deux hommes infectés par le virus du sida (VIH) , dont l'un depuis 30 ans, qui résulte d'un phénomène naturel, ouvre des perspectives intéressantes, selon les travaux de chercheurs publiés mardi.

Ce phénomène naturel permet à l'organisme d'intégrer le virus dans l'ADN tout en le neutralisant.

«Il s'agit d'une observation très intéressante et une première démonstration avec le VIH d'un phénomène que la nature a su faire au cours de l'évolution avec d'autres virus», commente le Pr Yves Lévy (Inserm, Créteil, France), co-auteur de l'étude.

Les deux patients ont été infectés par le VIH sans jamais avoir été malades, ni avoir eu de virus détectable dans le sang, rapportent les auteurs de l'étude. Les résultats en sont détaillés dans le journal spécialisé Clinical Microbiology and Infection. Aucun des deux n'a dû être traité.

«Cette observation représente une piste pour la guérison», dit à l'AFP Didier Raoult, professeur à la faculté de médecine de Marseille, spécialiste des microbes de la Fondation Méditerranée Infection de Marseille (URMITE/CNRS/Inserm/IRD).

L'analyse a permis de reconstituer le virus retrouvé dans le génome de ces patients. Les chercheurs ont ainsi pu montrer qu'il était inactivé par un système d'interruptions de l'information délivrée par les gènes du virus. Le virus est ainsi devenu incapable de se multiplier, mais reste présent à l'intérieur de l'ADN des patients.

Ces interruptions seraient dues à une enzyme connue, l'Apobec, qui fait partie de l'arsenal des humains pour lutter contre le virus, mais qui est habituellement inactivée par une protéine du virus (la protéine «vif»).

Revoir la définition de la guérison

Ce travail ouvre des perspectives de guérison par l'utilisation ou la stimulation de cette enzyme et aussi des perspectives de détection pour les patients nouvellement infectés qui ont une chance de guérir spontanément, selon les auteurs.

Pour le Pr Raoult, il pourrait aussi conduire à revoir la définition de la guérison qui actuellement repose uniquement sur l'idée de débarrasser l'organisme du virus.

L'infection par le VIH datait de plus de 30 ans pour le patient âgé de 57 ans, diagnostiqué en 1985. Il paraît de surcroît être immunisé contre une nouvelle infection.

La séropositivité du second, un Chilien de 23 ans, a été identifiée en 2011, même s'il a probablement été infecté trois ans auparavant en Amérique du Sud.

Aucun n'avait d'autres facteurs de résistance au VIH connus (mutation de la serrure, CCR5, qui permet au VIH d'infecter les cellules).

Ce travail repose sur l'hypothèse que le virus du sida, qui est un rétrovirus s'intégrant dans l'ADN humain, peut avoir le même destin que les centaines de rétrovirus ayant déjà été intégrés dans les ADN des mammifères, dont l'Homme.

Cette hypothèse provient aussi d'une observation faite chez des koalas qu'un virus de singe, cause de cancers et de leucémies, ne rend plus malades après l'intégration et la neutralisation du virus dans leur génome, explique le Pr Raoult.

«Chez les koalas devenus résistants à ce virus de gibbon, par ce même phénomène d'intégration ou d'endogénisaton, la résistante est transmissible à la descendance», relève le Pr Raoult.

Pour les chercheurs, ce mécanisme a été probablement très commun au cours d'épidémies précédentes. Ils estimaient donc logique de penser qu'il se produirait chez un certain nombre de patients infectés par le virus du sida.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer