L'hépatite C en passe d'être vaincue

Au moins 185 millions de personnes sont infectées... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Au moins 185 millions de personnes sont infectées par le virus de l'hépatite C dans le monde.

Photothèque La Presse

Jean-Louis SANTINI
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un nouveau cocktail de deux médicaments s'est avéré très efficace contre l'hépatite C, selon les résultats mercredi d'un essai clinique montrant que cette infection chronique du foie, qui a tué plus d'Américains que le sida, serait en passe d'être vaincue.

Cette étude, qui porte sur la combinaison de deux antiviraux pris oralement, le daclatasvir et le sofosbuvir, respectivement des laboratoires pharmaceutiques Bristol Myers Squibb et Gilead Sciences, a entraîné un taux de guérison de 98% sans effet secondaire important.

«Cette recherche ouvre la voie à des traitements sûrs, bien tolérés et efficaces pour la grande majorité des cas d'hépatite C», se félicite le Dr Mark Sulkowski, directeur du Centre des hépatites virales de la faculté de médecine Johns Hopkins (Baltimore, Maryland, est), principal auteur de l'étude publiée dans le New England Journal of Medicine du 16 janvier, financée par les deux laboratoires.

«Les médicaments standard contre la maladie vont connaître une amélioration considérable d'ici l'année prochaine, conduisant à des avancées sans précédent dans le traitement des malades», promet-il.

L'essai clinique de phase deux a été mené sur 211 hommes et femmes infectés par l'une des trois principales souches du virus responsable de cette infection hépatique chronique, qui conduit à la cirrhose et au cancer du foie, nécessitant une greffe de cet organe.

Ce cocktail a été efficace, même chez les patients difficiles à traiter, pour qui la triple thérapie conventionnelle (telaprevir ou boceprevir, plus peginterferon et ribavirin), a échoué.

Parmi les 126 participants infectés par le génotype 1 du virus de l'hépatite C, la souche la plus fréquente aux États-Unis, et n'ayant reçu aucun traitement préalable, 98% ont été guéris.

De même, 98% des 41 patients encore infectés après une triple thérapie conventionnelle n'avaient plus aucune trace du virus dans leur sang trois mois après la fin du traitement expérimental.

Le taux de guérison a été similaire chez les 44 autres participants à l'étude, infectés par les génotypes 2 et 3 du virus, moins communs aux États-Unis.

Traitement simplifié

Les participants ont pris quotidiennement une combinaison de 60 milligrammes de daclatasvir et 400 milligrammes de sofosbuvir, avec ou sans ribavirin, pendant trois à six mois.

Un essai clinique mené avec le sofosbuvir, combiné avec l'antiviral ribavirine, dont les résultats ont été publiés en août 2013, avait montré un taux de guérison de 70% chez des malades atteints d'hépatite C avec le foie endommagé.

En décembre, la Food and Drug Administration (FDA), l'agence américaine des médicaments, a approuvé la commercialisation du sofosbuvir combiné au peginterferon et au ribavirin, pour le traitement de l'hépatite C dû au génotype 1, et combiné seulement au ribavirin pour traiter l'hépatite C résultant des génotypes 2 et 3.

Le daclatasvir n'a pas encore été autorisé par la FDA.

Si l'agence donne le feu vert à la mise sur le marché du declatasavir et à d'autres nouvelles molécules efficaces contre l'hépatite C, les injections hebdomadaires tant redoutées de peginterferon seront une chose du passé, selon le Dr Sulkowski.

Le traitement de l'hépatite C sera aussi considérablement simplifié, passant de 18 comprimés par jour plus une injection hebdomadaire, à un ou deux comprimés quotidiens, souligne-t-il.

Selon les Centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), moins de 5% des 3,2 millions d'Américains atteints d'hépatite C ont été guéris. Les CDC estiment aussi que de 50 à 75% ignorent être infectés, le plus souvent par des injections de drogue, des transfusions de sang contaminé dans les années 70 et 80, ou par des contacts sexuels.

Des ONG françaises comme Médecins du Monde voient un «grand espoir» dans notamment le sofosbuvir de Gilead, mais son coût de plus de 70 000 dollars pour un traitement de 12 semaines le met hors de portée de la majorité des malades des pays en développement. Au moins 185 millions de personnes sont infectées par le virus de l'hépatite C dans le monde.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer