L'Espagne toujours pionnière pour les greffes d'organes

L'Espagne est aussi pionnière dans les interventions chirurgicales... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'Espagne est aussi pionnière dans les interventions chirurgicales rares, comme les doubles greffes de jambes ou de bras dont certaines, parmi les premières, ont été réalisées dans ce pays.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Agence France-Presse
MADRID

L'Espagne, numéro un mondial pour le nombre de greffes d'organes, a enregistré un nouveau record en 2013, avec 4279 interventions malgré les coupes budgétaires dans la santé dues à la crise, a annoncé lundi le ministère de la Santé.

«Le système espagnol des greffes, leader mondial de manière ininterrompue depuis 22 ans, a une nouvelle fois démontré sa vitalité: son activité a augmenté en 2013, dans un panorama extrêmement difficile», a souligné devant la presse le directeur de l'Organisation nationale des transplantations (ONT), Rafael Matesanz.

Le nombre de greffes a augmenté pour tous les organes, à commencer par le poumon (+19,7 %) et le pancréas (+10,8 %), a précisé le ministère de la Santé.

Au total, en 2013, 2552 greffes de rein ont été pratiquées en Espagne, 1093 greffes du foie, 285 de poumon, 249 du coeur, 92 du pancreas et huit de l'intestin, selon le ministère.

Le succès du système espagnol est dû en grande partie, a assuré Rafael Matesanz, au nombre élevé de donneurs, qui a atteint 1655 l'an dernier.

«Sur 100 familles, 84 ou 85 acceptent» le don d'organe en cas de décès, a-t-il souligné.

Dans le cadre de sa politique d'austérité draconienne pour réduire le déficit public, le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy avait décidé en 2012 des coupes budgétaires de sept milliards d'euros par an dans la santé.

Les listes d'attente pour une opération non urgente dans les hôpitaux publics ont battu des records cette année-là, passant d'une durée moyenne de 76 jours en juin à cent en décembre, selon les chiffres officiels.

Malgré ce contexte difficile, le système des greffes d'organes, fondé il y a 25 ans, continue à prospérer.

«Quand l'ONT a été créé en 1989, l'Espagne avait un taux de 14,3 donneurs par million d'habitants. Pendant ces 25 années, notre pays est parvenu à multiplier par trois le nombre de donneurs et de transplantations», a ajouté Rafael Matesanz.

Avec plus de 4200 interventions réalisées et un pourcentage de 35,3 donneurs par million d'habitants, l'Espagne se situait déjà, en 2011, largement devant le taux de 28,1 du Portugal, de 26 aux États-Unis, 25 en France et 14,7 en Allemagne, selon l'ONT.

L'Espagne est aussi pionnière dans les interventions chirurgicales rares, comme les doubles greffes de jambes ou de bras dont certaines, parmi les premières, ont été réalisées dans ce pays.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer