La famille des gènes impliqués dans l'intelligence s'agrandit

Quarante nouveaux gènes associés à l'intelligence ont été identifiés selon une... (Photo Thinkstock)

Agrandir

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Quarante nouveaux gènes associés à l'intelligence ont été identifiés selon une étude publiée lundi dans Nature Genetics, un pas de plus vers la compréhension des fondements génétiques du QI.

« Pour la première fois, nous détectons un nombre important de gènes qui prennent part à l'intelligence », explique à l'AFP Danielle Posthuma de l'université libre d'Amsterdam aux Pays-Bas et coauteur de l'étude.

De précédents travaux avaient permis de mettre en évidence 12 variations génétiques associées à l'intelligence.

Cette nouvelle étude, la plus vaste menée jusqu'à maintenant sur le sujet, se base sur plus de 78 000 individus de souche européenne, adultes et enfants. Étudiant le lien entre leur génome et leurs résultats à des tests d'intelligence, Danielle Posthuma et ses collègues ont cette fois débusqué 52 gènes associés au QI dont 40 jusqu'ici inconnus.

La plupart de ces gènes ont une fonction dans le cerveau et plus particulièrement dans la régulation du développement cellulaire.

« Ces résultats fournissent pour la première fois des indices clairs sur les mécanismes biologiques sous-jacents de l'intelligence », déclare Danielle Posthuma.

L'étude a également montré que les variations de ces gènes étaient également en lien avec d'autres traits, tels que la réussite scolaire, la maladie d'Alzheimer, la schizophrénie, les symptômes dépressifs, la taille ou encore l'autisme.

Par exemple, « une variante associée à une augmentation de l'intelligence est également associée à un risque accru du trouble du spectre autistique », explique Danielle Posthuma. Une autre peut être reliée à une diminution de l'indice de masse corporelle ou encore une autre à un risque réduit de schizophrénie.

Mais le travail est loin d'être terminé. D'autres études, encore plus vastes, seront nécessaires pour identifier la totalité des gènes qui prennent part à l'intelligence, car la famille pourrait être nombreuse.

Selon la chercheuse, ces gènes pourraient être 800 à 1 200. « À l'heure actuelle, on mesure bien mieux l'intelligence avec un test sur papier qu'en regardant nos gènes », s'amuse Danielle Posthuma.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer