Moins de leucémie avec l'allaitement

L'allaitement protège contre la leucémie, selon une étude... (PHOTO STEVE WHITE, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

L'allaitement protège contre la leucémie, selon une étude de l'Université de Haïfa.

PHOTO STEVE WHITE, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les enfants qui ont été allaités par leur mère pendant plus de six mois ont 14 % à 19 % moins de risques d'avoir la leucémie, selon une nouvelle étude israélienne. Le lait maternel est lié à deux des causes potentielles de cette maladie, qui est le premier cancer en importance chez les enfants.

« L'allaitement protège contre la leucémie même s'il n'est pas très long », explique Efrat Amitay, de l'Université de Haïfa, auteur principal de l'étude publiée hier dans la revue JAMA Pediatrics. « Nous confirmons les résultats de trois autres méta-analyses moins importantes, alors je crois que l'effet est réel. »

Les chercheurs ont regroupé 18 études sur le sujet. Ils expliquent les résultats par la « théorie de l'hygiène », qui veut que l'augmentation de certaines maladies pédiatriques, comme les allergies, soit attribuable à la stérilisation de l'enfance : comme le système immunitaire n'est pas exposé tôt à certains pathogènes, il réagit mal par la suite à ces mêmes agents pathogènes. Dans le cas de la leucémie, le lait maternel permettrait aux enfants d'être en contact avec un pathogène, peut-être un virus, auquel leur mère a été exposée.

« On sait qu'il y a des différences dans le risque de leucémie selon la saison de naissance des enfants, dit le biologiste israélien. On sait aussi que certains cancers sont liés à des virus. »

HYPOTHÈSE

Dans les années 80, l'immunologue britannique Mel Greaves a émis l'hypothèse que la leucémie serait due à une mutation génétique activée par une exposition tardive à un agent infectieux. Cette hypothèse pourrait expliquer l'effet de l'allaitement sur le risque de leucémie, selon M. Amitay, qui note que la leucémie touche surtout les enfants de 2 à 5 ans, tout comme les infections pédiatriques.

En entrevue, le Dr Greaves confirme la validité du lien entre allaitement et risque de leucémie. « D'autres manières d'exposer les bébés à des pathogènes, par exemple les interactions sociales avec d'autres enfants avant l'âge de 1 an, ont encore plus d'impact sur le risque de leucémie », dit le Dr Greaves.

Les femmes qui ont eu la leucémie quand elles étaient enfant ou dont le conjoint a eu la leucémie devraient-elles particulièrement être encouragées à allaiter ? « Non, l'exposition précoce aux pathogènes ne semble pas avoir plus d'impact avec une susceptibilité génétique », indique le Dr Greaves.

ÉVITER LA CULPABILISATION

Il faut d'ailleurs éviter de culpabiliser les mères, prévient Sharon Abish, oncologue à l'Hôpital de Montréal pour enfants. « Quand un enfant a la leucémie, sa mère se demande toujours si elle a fait, mangé ou bu quelque chose qui explique cela, précise le Dr Abish. Il se peut que ce ne soit pas l'allaitement qui diminue le risque de leucémie, mais un autre facteur lié à l'allaitement. Certaines femmes ne peuvent pas allaiter et elles ne doivent pas se sentir coupables pour autant. »

Le lait en poudre pourrait aussi changer les conditions dans l'estomac et dans les intestins des bébés et, par conséquent, la réponse de leur système immunitaire aux agents infectieux, ajoute M. Amitay.

30
(par année) Nombre d'enfants de moins de 14 ans qui meurent de la leucémie au Canada
58 %
Des patients atteints de leucémie survivaient plus de cinq ans en 2006-2008
44 %
Des patients atteints de leucémie survivaient plus de cinq ans en 1992-1994

Source : Société canadienne du cancer

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer