Les «super éruptions» volcaniques plus fréquentes qu'on ne le pensait

Le Mont Agung, à Bali, qui vient d'entrer... (PHOTO AFP)

Agrandir

Le Mont Agung, à Bali, qui vient d'entrer en éruption, est un volcan de type «explosif» mais il n'est pas considéré comme un super volcan.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Les «super éruptions» volcaniques susceptibles de menacer notre civilisation en rejetant des milliards de tonnes de cendres dans l'air, sont susceptibles de se produire plus fréquemment qu'on ne le pensait, affirme une étude basée sur des données statistiques et publiée mercredi.

Une équipe de l'université d'Oxford a calculé que le laps de temps estimé entre deux «super éruptions» serait en moyenne d'environ 17 000 ans. «C'est substantiellement plus court que les estimations précédentes», souligne cette étude parue dans la revue Earth and Planetary Science Letters. Cela «indique que les volcans représentent pour notre civilisation humaine un risque plus grand qu'on ne le pensait», ajoute le texte.

Les précédentes estimations de fréquence de ces cataclysmes réalisées en 2004, considéraient que les super éruptions se produisaient en moyenne tous les 45 000 à 714 000 ans, indique Jonathan Rougier, professeur de sciences statistiques à l'Université d'Oxford et principal auteur de l'étude.

«Nous avons réévalué cet intervalle que nous situons désormais entre 5000 et 48 000 ans, la fréquence la plus probable étant de 17 000 ans», ajoute-t-il.

Les vulcanologues qualifient de «super éruptions» les gigantesques éruptions explosives, capables de rejeter au moins 1000 gigatonnes (mille milliards de tonnes) de matière volcanique dans l'atmosphère. Soit assez pour recouvrir de cendres un continent, assombrir le ciel durablement et refroidir le climat de la planète pour des décennies.

La dernière super éruption à avoir touché la planète est celle du Taupo en Nouvelle-Zélande, il y a environ 25 000 ans. Il y a eu également celle de Aira au Japon il y a quelque 27 000 ans. Chacune avait éjecté environ 1000 gigatonnes de débris et de cendres dans l'air.

Le Mont Agung, à Bali, qui vient d'entrer en éruption, est un volcan de type «explosif» mais il n'est pas considéré comme un super volcan. Il a connu deux grandes explosions en 1843 et en 1963, rejetant environ 1 gigatonne de matière (1 milliard de tonnes). Son éruption il y a 54 ans avait fait 1600 morts.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer