Des dents de «rats» de 145 millions d'années découvertes en Angleterre

Ces dents appartenaient à de petites créatures à... (Photo Agence France-Presse)

Agrandir

Ces dents appartenaient à de petites créatures à fourrure, très probablement nocturnes.

Photo Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Des dents d'animaux ressemblant au rat et vivant il y a 145 millions d'années, qui ferait partie de la lignée de mammifères liés à l'Homme, ont été découvertes par un étudiant dans le sud-ouest de l'Angleterre, a annoncé mardi l'université de Portsmouth.

«Ce sont les premiers fossiles incontestés de mammifères appartenant à la lignée qui mène à l'espèce humaine. Ils sont aussi les ancêtres de la plupart des mammifères vivants aujourd'hui, y compris des créatures aussi diverses que la baleine bleue et la musaraigne pygmée», indique l'université dans un communiqué.

C'est un étudiant de premier cycle de l'université de Portsmouth, Grant Smith, qui a fait cette découverte en passant en revue de petits échantillons de roches du Crétacé prélevées sur la côte jurassique du Dorset, un endroit où ont été trouvés de nombreux fossiles préhistoriques.

«De manière tout à fait inattendue, il n'a pas trouvé une, mais deux dents assez remarquables, d'un type jamais vu sur des roches de cet âge. On m'a demandé de les regarder et de donner un avis et au premier coup d'oeil, je suis resté bouche bée !», raconte le Dr Steve Sweetman, chercheur à l'université, qui a identifié la découverte.

Ce spécialiste des petits vertébrés vivant à l'époque des dinosaures pense que ces dents appartenaient à de petites créatures à fourrure, très probablement nocturnes. L'un était peut-être un animal fouisseur, probablement mangeur d'insectes, et le plus grand a peut-être aussi mangé des plantes.

«Les dents sont d'un type très avancé qui peut percer, trancher et écraser la nourriture. Elles sont aussi très usées, ce qui suggère que les animaux auxquels elles appartenaient ont vécu jusqu'à un âge avancé pour leur espèce. Ce qui n'était pas une mince affaire quand vous viviez avec des dinosaures prédateurs !», a commenté le Dr Sweetman.

L'une de ces espèces a été baptisée Durlstotherium newmani, clin d'oeil à Charlie Newman, propriétaire d'un pub du village de Worth Matravers, situé à proximité du lieu de la découverte. L'autre a été nommé Durlstodon Ensomi, pour rendre hommage à Paul Ensom, et à sa «majeure contribution à la paléontologie de la région de Purbeck».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer