Les façades d'immeubles trompent les radars des chauves-souris

Le grand murin, une espèce de chauve-souris européenne, a... (PHOTO WIKICOMMONS)

Agrandir

Le grand murin, une espèce de chauve-souris européenne, a été étudié par les chercheurs.

PHOTO WIKICOMMONS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les façades de verre et d'acier des immeubles, lisses et verticales, trompent le système d'écholocalisation des chauves-souris - qui fonctionne comme un radar - ont déterminé des scientifiques dont la recherche est publiée jeudi dans la revue Science.

Ce leurre sensoriel expliquerait pourquoi on trouve autant de ces animaux tués ou blessés à proximité d'immeubles, une situation qui, jugent-ils, illustre l'impact néfaste des constructions et du développement des activités humaines sur la faune sauvage.

Ces chercheurs, dont le biologiste Stefan Greif (Institut allemand Max Planck d'ornithologie), ont observé des grands murins (Myotis myotis), une espèce de chauve-souris européenne, alors qu'elles volaient dans un tunnel de forme rectangulaire dans l'obscurité.

Une plaque métallique verticale et une autre horizontale étaient placées dans un coin du tunnel.

Sur les 21 chauves-souris qui ont traversé le tunnel, 19 ont heurté l'obstacle vertical au moins une fois, mais aucune n'a frappé la plaque horizontale.

Dans leur habitat naturel, les surfaces verticales lisses sont rares, tandis que les étendues horizontales, comme l'eau, sont nombreuses.

Les chercheurs ont découvert que quand les chauves-souris ont heurté la plaque verticale, elles émettaient moins d'ultrasons devant l'obstacle, et s'en approchaient à un angle aigu et à une plus grande vitesse.

Les mêmes observations ont été faites avec trois autres espèces de chauves-souris à l'extérieur de grottes.

Selon les auteurs de l'étude, cela indique que les chauves-souris perçoivent les échos renvoyés par les surfaces verticales au dernier moment, et qu'il est souvent trop tard pour elles pour éviter l'obstacle.

Cette découverte pourrait être utile pour limiter les collisions de chauves-souris le long de leurs routes migratoires.

Ces mammifères jouent un rôle très important dans les écosystèmes, en se nourrissant d'insectes ravageurs de récoltes et transportent le pollen de certaines plantes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer