Découverte d'une nouvelle espèce de dinosaure en Argentine

Le Musuraptor a des caractéristiques faciales distinctes jamais... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Le Musuraptor a des caractéristiques faciales distinctes jamais observées auparavant parmi les mégaraptoriens.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Une nouvelle espèce de dinosaure carnivore datant de 80 millions d'années, a été mise au jour en Argentine qui devrait contribuer à déterminer les origines et l'évolution des mégaraptoriens ou «voleurs géants» dont il est le premier spécimen découvert.

Le squelette fossilisé partiel a été trouvé dans la Sierra Barrosa dans le nord-ouest de la Patagonie et représente l'un des dinosaures de cette espèce les mieux préservés découvert à ce jour avec un crâne complet, une première pour cette famille de dinosaure, selon une étude publiée mercredi dans la revue américaine PLOS ONE.

Doté de caractéristiques crâniennes uniques, ce dinosaure, découvert en 2000, a été baptisé Murusraptor barrosaensis en référence du lieu où il a été trouvé.

Ce spécimen paraît être juvénile mais ces scientifiques suggèrent que cette espèce est plus grande et plus élancée que les autres mégaraptoriens et comparable en taille aux Agustinidés et aux Orkoraptors.

«Bien qu'incomplet ce squelette fossilisé très bien préservé d'un Murusraptor révèle des informations inconnues sur l'anatomie osseuse des mégaraptoriens, un groupe de prédateurs de la période mésozoïque(-251 millions à -65,5 millions d'années)», précisent Rodolfo Coria, du Conseil National de la recherche scientifique et technique d'Argentine et Phillip Currie de l'Université d'Alberta au Canada, les principaux auteurs de cette découverte.

Tout en partageant de nombreux traits anatomiques avec d'autres espèces, le Musuraptor a des caractéristiques faciales distinctes jamais observées auparavant parmi les mégaraptoriens ainsi qu'une forme inhabituelle des os des hanches.

Ces dinosaures de taille moyenne se caractérisent par de grande griffes et des os creux comme ceux des oiseaux.

L'analyse phylogénétique du dinosaure n'a pas permis de déterminer clairement les relations avec les autres espèces dans l'évolution, ont indiqué les chercheurs.

Mais ce fossile fournit de nouvelles informations anatomiques qui pourraient aider à résoudre le débat actuel sur le fait de savoir si les mégaraptoriens appartiennent à la famille des théropodes allosaurus ou coelurosaurian, selon ces chercheurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer