Découverte d'un nouveau monument dans la cité antique de Pétra

Les scientifiques s'intéressent à Pétra depuis 200 ans... (Photo Council of American Overseas Research Centers/G. al Faqeer via AP)

Agrandir

Les scientifiques s'intéressent à Pétra depuis 200 ans et l'archéologue Christopher A. Tuttle (sur la photo) travaille sur le site depuis près d'une décennie.

Photo Council of American Overseas Research Centers/G. al Faqeer via AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karin Laub
Associated Press
AMMAN, Jordanie

Des images captées par satellite et drone ont mené à une nouvelle découverte dans la cité antique de Pétra: une énorme plateforme en pierre de construction humaine cachée sous le sable.

Cette plateforme a peut-être servi pour des cérémonies en raison de la présence de colonnes et d'un escalier monumental sur l'un de ses côtés, a expliqué Christopher A. Tuttle, le directeur général du conseil des centres de recherche américains à l'étranger. Seules des fouilles pourraient fournir davantage de renseignements, mais aucune n'est prévue pour le moment, a-t-il précisé.

Située en Jordanie, Pétra est un immense site archéologique comprenant des tombes et des monuments taillés dans du roc rosé il y a quelque 2000 ans par les Nabatéens, un peuple de marchands. L'édifice le plus célèbre de la ville est le Khasneh, où des scènes du film «Indiana Jones et la dernière croisade» ont été tournées dans les années 1980.

Les scientifiques s'intéressent à Pétra depuis 200 ans et M. Tuttle travaille sur le site depuis près d'une décennie.

La plateforme se trouve à environ 900 mètres de la cité, mais à l'écart des chemins empruntés par les touristes et des principaux monuments, a indiqué Christopher A. Tuttle. Si elle n'est pas clairement visible depuis le sol ou les collines voisines, ses contours apparaissent sur les photos prises par satellite et drone.

Les archéologues ont marché sur cette plateforme pendant des années sans même réaliser son existence, a indiqué M. Tuttle, qui a collaboré avec Sarah Parcak de l'université de l'Alabama à Birmingham pour effectuer cette découverte, explorant le terrain pendant que Mme Parcak analysait les données enregistrées par satellite.

Selon les conclusions du duo publiées le mois dernier dans le Bulletin of American Schools of Oriental Research, la plateforme a été construite à partir d'un plateau naturel. Elle mesure 56 mètres sur 49, soit l'équivalent de six terrains de basketball.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer