Pouvoir manger de la viande crue a changé le visage de l'homme

Pouvoir manger de la viande crue a entraîné chez nos ancêtres certains... (Photo archives Le Soleil)

Agrandir

Photo archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Pouvoir manger de la viande crue a entraîné chez nos ancêtres certains changements morphologiques importants au niveau du visage, clé de l'amélioration de la parole, selon une étude publiée mercredi dans la revue Nature.

On sait qu'à l'époque de l'Homo erectus, il y a deux millions d'années, l'introduction de la viande a été cruciale pour l'augmentation du volume du cerveau de nos ancêtres.

Mais, paradoxalement, à partir du moment où il devient carnivore, ses dents se font plus petites et les muscles de la mastication plus chétifs.

«Si un Homo erectus était allé chez le dentiste, ce dernier aurait vraiment mis du temps à trouver la différence avec l'homme moderne», explique Katherine Zink, de l'Université de Harvard et coauteur de l'étude.

Selon l'étude publiée mercredi, ce changement au niveau de la mâchoire pourrait facilement s'expliquer si la viande était consommée cuite, mais nos ancêtres ne se sont mis aux fourneaux que bien plus tard, il y a 500 000 ans.

«Les humains sont incapables de mâcher de la viande crue sans aucun traitement préalable. Si vous donnez à quelqu'un un morceau de viande crue, il mâche et mâche et mâche», explique Katherine Zink.

Pour élucider ce mystère de l'évolution humaine, Katherine Zink et son collègue Daniel Lieberman ont mesuré l'effort musculaire nécessaire à la mastication pour ce nouveau régime alimentaire à base de viande crue.

Résultats: mâcher de la viande crue demande bien moins d'effort qu'un gros volume de fibres végétales, mais à une condition: qu'elle soit découpée et écrasée à l'aide d'outils.

Les dents des chimpanzés sont très semblables aux nôtres, mais ce singe est incapable de travailler la nourriture.

Il évite de manger de la viande (2/3% de son alimentation) et pour cause: un chimpanzé a été observé passant 11 heures à manger un seul calabus (une espèce de singe). «Onze heures ! C'est long pour manger quelque chose de la taille d'un chat», s'amuse Katherine Zink.

Pour un repas composé d'un tiers de viande de chèvre (tranchée avant dégustation) et d'aliments végétariens préalablement martelés avec des outils de pierre, les chercheurs ont mis en évidence que l'Homo erectus réduisait son temps de mastication de 17 % et la puissance de 26%.

Avec une mâchoire qui travaille moins, le visage s'affine, les dents se font plus petites ce qui, selon l'étude, peut avoir favorisé l'émergence d'autres facultés comme l'amélioration la parole.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer