Découverte canadienne en paléontologie

La nouvelle étude canado-britannique ajoute la description de... (PHOTO MARTIN R. SMITH, UNIVERSITY OF CAMBRIDGE / AFP)

Agrandir

La nouvelle étude canado-britannique ajoute la description de la tête d'Hallucigenia.

PHOTO MARTIN R. SMITH, UNIVERSITY OF CAMBRIDGE / AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec ses longues épines dorsales, on dirait un personnage de l'univers des Pokémon. Mais Hallucigenia sparsa était un ver minuscule qui a vécu il y a 508 millions d'années. Une nouvelle étude canado-britannique vient d'élucider certains de ses mystères, chambardant le monde de la paléontologie.

«Nous avons découvert qu'Hallucigenia avait le pharynx tapissé de petites épines qui agissaient comme des dents pour le traitement de la nourriture», explique Martin Smith, de l'Université de Cambridge, qui, avec un collègue ontarien, publie dans la revue Nature une nouvelle analyse d'un fossile découvert il y a 100 ans dans les schistes de Burgess, dans les Rocheuses. «On pensait que ce type d'épines du pharynx était apparu plus tard dans l'évolution. Nos résultats montrent qu'elles étaient présentes dans les espèces qui sont les ancêtres d'une foule d'insectes et de crustacés.»

Hallucigenia, qui faisait environ un centimètre de longueur, a reçu son nom dans les années 70, quand un célèbre paléontologue britannique, Simon Conway Morris, a découvert que la classification initiale du fossile comme un simple ver était inexacte et qu'il avait des tentacules d'un côté du corps et des épines de l'autre. «C'était l'époque des drogues hallucinogènes, et Hallucigenia avait vraiment l'air sorti d'une hallucination», dit M. Smith.

Mais cette reclassification contenait elle aussi une erreur fondamentale: Conway Morris pensait qu'Hallucigenia marchait sur ses épines. Une nouvelle étude en 1991 a découvert que les tentacules dorsaux étaient en réalité des pieds.

La nouvelle étude canado-britannique ajoute la description de la tête d'Hallucigenia. «Personne n'avait jamais pu l'examiner, parce qu'elle est trop petite, dit M. Smith. On avait peur de la détruire en essayant de la dégager de la pierre.» Le fossile était conservé au Musée royal de l'Ontario à Toronto (ROM). Les schistes de Burgess sont l'un des sites les plus importants du monde pour les fossiles de l'«explosion du cambrien», une période d'une cinquantaine de millions d'années où la diversification de la vie, apparue sur Terre il y a 3,8 milliards d'années, s'est accélérée.

Autre découverte

Une autre découverte de l'équipe canado-britannique est la présence d'un système nerveux, une caractéristique que l'on croyait apparue, elle aussi, plus tard dans l'évolution. Dans un commentaire accompagnant l'étude dans Nature, un prestigieux paléontologue du Musée d'histoire naturelle de Londres, Xiaoya Ma, a salué la découverte, précisant que les conclusions de l'étude quant aux épines de pharynx seraient probablement contestées. M. Ma a lui aussi publié des études importantes sur Hallucigenia.

Ce type de ver à la bouche et la gorge remplies de dents a-t-il débouché sur des versions géantes à l'ère des dinosaures, comme dans la plus récente version du film King Kong? «Non, je ne crois pas, dit M. Smith. Le plus grand ver de ce type ne mesurait pas plus de 10 centimètres.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer