Des moteurs qui marchent à l'eau

Une équipe de l'Université Columbia à New York... (Image tirée de la vidéo)

Agrandir

Une équipe de l'Université Columbia à New York et de l'Université Loyola de Chicago a fabriqué deux petits gadgets expérimentaux qui fonctionnent de manière autonome en présence d'humidité dans l'air.

Image tirée de la vidéo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Des chercheurs américains ont annoncé mardi avoir utilisé l'énergie de l'évaporation d'eau pour faire fonctionner des moteurs, une solution bon marché et respectueuse de la planète.

Une équipe de l'Université Columbia à New York et de l'Université Loyola de Chicago a fabriqué deux petits gadgets expérimentaux qui fonctionnent de manière autonome en présence d'humidité dans l'air.

La clé de l'expérience, publiée dans la revue Nature Communications, est l'utilisation d'inoffensives spores bactériennes - des petites unités sphériques qui se forment à l'intérieur d'une cellule bactérienne.

Les spores gonflent avec l'humidité et rétrécissent une fois sèches. Ce mouvement de gonflement/rétrécissement dégage de l'énergie.

«Jusqu'à présent, nous avons été en mesure de capter l'énergie de l'eau qui descend des nuages  , nous voulons maintenant capter l'énergie de l'évaporation, de l'eau qui part dans l'air, dans l'atmosphère», explique Ozgur Sahin, de l'Université Columbia et coauteur de l'étude, dans une vidéo diffusée par Nature.

«Ce processus est très puissant, (mais) jusqu'à maintenant nous n'étions pas en mesure de capter cette énergie efficacement», confie-t-il.

L'équipe a construit de minuscules moteurs avec de minces bandes de ruban de plastique recouvertes des spores, qui alimentent une minivoiture et des diodes électroluminescentes (LED).

Exposés à l'humidité, les spores se dilatent et entraînent les bandes de plastique. Elles se contractent très vite lorsque la source d'humidité est enlevée. Ce mouvement de va-et-vient peut entraîner des roues et des pistons.

«Lorsque vous assemblez beaucoup, beaucoup de bandes ensemble, vous augmentez la force qu'elles produisent», déclare le chercheur.

Cette technique est encore au stade expérimental. Mais elle pourrait un jour être utilisée pour les prothèses ou les membres des robots, les batteries et les générateurs ou pour concevoir une tenue de sport qui réagit à la sueur: plus vous transpirerez, plus vous produirez de l'énergie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer