Little Foot aurait 3,67 millions d'années

Depuis la découverte de Little Foot («Petit pied»)... (Photo LAURENT BRUXELLES, archives AFP)

Agrandir

Depuis la découverte de Little Foot («Petit pied») en 1997 dans une grotte du site de Sterkfontein, au nord-ouest de Johannesburg, la bataille fait rage entre les experts pour déterminer l'âge de ce fossile d'australopithèque le plus complet jamais trouvé.

Photo LAURENT BRUXELLES, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pascale MOLLARD-CHENEBENOIT
Agence France-Presse
PARIS

L'australopithèque Little Foot, découvert il y a près de vingt ans en Afrique du Sud, serait âgé de 3,67 millions d'années, révèle une équipe de chercheurs qui a réalisé une nouvelle datation de ce célèbre fossile.

Cet âge fait du petit «homme singe» sud-africain un contemporain de la fameuse Lucy, australopithèque trouvée en Éthiopie en 1974 et dont l'âge présumé serait de plus de 3 millions d'années.

«Cela remet l'Afrique du Sud dans la course de l'évolution humaine», alors que depuis plusieurs décennies, l'Afrique de l'Est tenait la corde, a déclaré à l'AFP Laurent Bruxelles, chercheur à l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) en France.

«Avec un âge de 3,67 millions d'années, Little Foot arrive largement avant Homo Habilis, notre ancêtre direct, apparu il y a environ 2,5 millions d'années», souligne Laurent Bruxelles. «Dans ce cas, rien ne s'oppose à ce que cet australopithèque sud-africain soit à l'origine de l'humanité». «Tout reste possible», a souligné M. Bruxelles qui a participé à l'étude.

La marge d'erreur de la nouvelle datation est de plus ou moins 160 000 ans, précisent les scientifiques qui ont utilisé la datation par isotopes cosmogéniques (générés par les rayonnements cosmiques qui bombardent la Terre) dans une version améliorée et publient leur étude mercredi dans la revue britannique Nature.

Depuis la découverte de Little Foot («Petit pied») en 1997 dans une grotte du site de Sterkfontein, au nord-ouest de Johannesburg, la bataille fait rage entre les experts pour déterminer l'âge de ce fossile d'australopithèque le plus complet jamais trouvé.

Quatre millions d'années? 3,3 millions? Ou seulement 2,2 millions? L'enjeu est de taille.

La nouvelle datation a été établie par une équipe internationale, qui comprend notamment le découvreur de Little Foot, Ronald Clarke.

«Datation solide»

En 1994, il trouve dans une boîte d'ossements divers provenant de déblais miniers de la grotte de Silberberg, quatre petits os provenant du pied d'un hominidé très ancien qu'il baptise «Little Foot». Trois ans plus tard, le paléoanthropologue de l'Université sud-africaine de Witwatersrand trouve dans une autre boîte des os de pied provenant du même pré homme et un morceau de tibia.

Avec ces indices, son équipe retrouve dans la grotte le squelette quasi entier de Little Foot enserré dans une gangue calcaire. Il gît à 25 mètres de profondeur. Selon les chercheurs, il a sans doute fait une chute mortelle dans le gouffre.

Treize années ont été nécessaires pour dégager Little Foot. Ce fossile serait un représentant de l'espèce Australopithecus prometheus.

Rapidement, Ronald Clarke attribue un âge de 3,3 millions d'années à Little Foot en se basant sur la morphologie de l'hominidé et sur une première datation des coulées stalagmitiques de la grotte.

Puis en 2003, le géologue Darryl Granger suggère une datation des sédiments entourant le fossile d'environ 4 millions d'années, en utilisant la datation par isotopes cosmogéniques. Elle décrypte le vieillissement d'isotopes de l'aluminium et du béryllium. «Mais la marge d'erreur était de plus ou moins un million d'années», explique M. Bruxelles.

Trois ans plus tard, une étude britannique sème le trouble: Little Foot n'aurait que 2,2 millions d'années, selon l'analyse de sédiments entourant le squelette.

Ronald Clarke ne parvient pas à y croire et il demande en 2006 à Laurent Bruxelles, spécialiste des cavités en milieu calcaire, de démêler la succession de strates qui entourent le fossile. La grotte a subi des inondations, des effondrements et des dynamitages par les mineurs.

Le géomorphologue de l'Inrap remet de l'ordre dans tout cela. Il établit que les dépôts calcaires datés de 2,2 millions d'années sont postérieurs à Little Foot. Les études repartent sur de nouvelles bases.

Darryl Granger, de l'Université Purdue de l'Indiana, refait des analyses, en se basant sur la même méthode de datation cosmogénique, mais améliorée. Une autre innovation, utilisant un aimant, permet d'affiner encore la datation.

«Les résultats sont étonnants», souligne l'Université de Witwatersrand de Johannesburg. Sur les onze échantillons récoltés au cours de la dernière décennie, neuf se trouvent sur une unique courbe, apportant ainsi «une datation solide au dépôt», pointe l'université.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer