Tombeau d'Amphipolis: des détails sur le squelette révélés en janvier

La découverte d'un squelette en novembre, dans ce... (Photo Grigoris Siamidis, AP)

Agrandir

La découverte d'un squelette en novembre, dans ce tombeau monumental datant de l'époque d'Alexandre le Grand, avait augmenté encore l'excitation autour de cette sépulture extraordinaire.

Photo Grigoris Siamidis, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
ATHÈNES

Des détails sur l'identité du squelette mystérieux découvert dans le tombeau d'Amphipolis, le plus grand de l'antiquité jamais fouillé en Grèce, seront révélés le mois prochain, a annoncé vendredi le ministère grec de la Culture.

«Les résultats des études macroscopiques des os, (permettant de savoir) le sexe, l'âge et la taille, seront annoncés en janvier», a déclaré le ministère dans un communiqué, ajoutant que les recherches étaient menées par des universités de Tessalonique et de Thrace.

La découverte d'un squelette en novembre, dans ce tombeau monumental datant de l'époque d'Alexandre le Grand, avait augmenté encore l'excitation autour de cette sépulture extraordinaire.

Sous l'immense tumulus de 500 mètres de circonférence, la sépulture contient en effet notamment, malgré d'évidents passages de pillards, deux sphinx imposants, un sol de mosaïque, des chapiteaux à colonnes sculptés, deux cariatides de plus de deux mètres de haut et une imposante mosaïque représentant l'enlèvement de Perséphone par Pluton, ainsi que des pièces d'or de l'époque d'Alexandre.

Une telle richesse laisse penser que c'est le tombeau d'un personnage particulièrement important. Les experts évoquent la possibilité d'un des généraux d'Alexandre, ou même de Roxane, son épouse, ou Olympias, la mère du roi.

En revanche, malgré les espoirs de certains passionnés d'histoire, les chances que le tombeau soit celui d'Alexandre lui-même paraissent quasi-nulles, selon les experts. À sa mort à 32 ans à Babylone, sa dépouille aurait été inhumée à Alexandrie, en Égypte, bien qu'aucune fouille n'ait jamais confirmé ce scénario.

Le ministère a démenti vendredi des informations «non fondées» parues sur des sites grecs selon lesquelles le squelette serait celui d'une femme de 54 ans, donc probablement Olympias.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer