Des paléontologues découvrent le crâne d'une espèce rare de dinosaure en Alberta

Image reconstituant un combat entre plusieurs pachyrhinosaures.... (Image Karen Carr / Wikipedia)

Agrandir

Image reconstituant un combat entre plusieurs pachyrhinosaures.

Image Karen Carr / Wikipedia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Bill Graveland
La Presse Canadienne
Calgary

Le crâne d'un dinosaure d'une espèce rare était si bien dissimulé sous les couches de sédiments dans la région de Drumheller, en Alberta, que les paléontologues de l'Université de Calgary auraient fort bien pu ne pas le voir, à l'instar des centaines d'autres scientifiques qui avaient fouillé cette zone au cours des dernières décennies.

C'est que le crâne du pachyrhinosaure ne diffère pas, à première vue, d'un amas de roches ordinaires, même une fois que la professeure Darla Zelenitsky eut désigné l'orbite de l'animal lors de son dévoilement à la presse, jeudi.

«Il nous a fallu plusieurs jours d'excavation pour constater qu'il s'agissait d'une bonne portion d'un crâne de pachyrhinosaure, et cela nous a vraiment réjouis», a-t-elle indiqué.

Les pachyrhinosaures étaient des herbivores à quatre pattes qui ont vécu en Alberta et en Alaska il y a environ 72 millions d'années. Ils pouvaient mesurer jusqu'à six mètres de hauteur et peser quatre tonnes. Leur tête était munie de cornes et de bosses osseuses, et leur servait sans doute pendant les combats.

La Professeure Darla Zelenitsky  montre l'oeil sur le... (Photo Bill Graveland, PC) - image 2.0

Agrandir

La Professeure Darla Zelenitsky  montre l'oeil sur le crâne du  pachyrhinosaure, jeudi.

Photo Bill Graveland, PC

La professeure Zelenitsky a souligné qu'il était peu probable que ces dinosaures aient compté de nombreux ennemis.

Selon elle, le spécimen trouvé dans la vallée de Drumheller - surnommé la capitale mondiale des dinosaures -, serait un pachyrhinosaure mature, ce qui en fait un rare échantillon.

«C'est la première fois en 50 ans qu'on en retrouve un, et il s'agit d'une bonne partie du crâne - entre 75 et 80 pour cent», a indiqué Mme Zelenitsky.

L'équipe de paléontologues devrait être de retour sur le site au printemps dans l'espoir de déterrer d'autres restes fossiles de l'animal. «Notre objectif sera d'abord et avant tout de déterminer si ce spécimen appartient à une nouvelle espèce», a précisé Mme Zelenitsky.

Le spécimen sera ensuite mesuré et numérisé pour des fins de documentation sur l'évolution du crâne de ce dinosaure.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer