ObservÉtoiles: un planétarium en plein air dans les Cantons-de-l'Est

Les spectateurs prennent place dans un amphithéâtre de... (THE CANADIAN PRESS)

Agrandir

Les spectateurs prennent place dans un amphithéâtre de style romain situé en plein air et construit à flanc de montagne à 365 mètres d'altitude.

THE CANADIAN PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Peter Rakobowchuk
La Presse Canadienne

Jeremy Fontana se faisait toujours poser des questions par les clients au sujet des nombreuses étoiles qui apparaissaient dans le ciel une fois la nuit tombée sur son camp de plein air des Cantons-de-l'Est.

Il a donc décidé de trouver un moyen d'aider sa clientèle à comprendre les mystères de la voûte céleste.

Le propriétaire d'Au Diable Vert, située à Glen Sutton, explique que l'objectif était de permettre aux gens de regarder le ciel et de recevoir simultanément de l'information sur ce qu'ils voyaient.

Il y a environ deux ans, M. Fontana a communiqué avec Andrew Fazekas, un rédacteur scientifique, pour créer ObservÉtoiles, un planétarium extérieur qui utilise la réalité augmentée.

Selon Jeremy Fontana, ce concept est tout à fait novateur.

Les spectateurs prennent place dans un amphithéâtre de style romain situé en plein air et construit à flanc de montagne à 365 mètres d'altitude.

Le spectacle d'une durée de 90 minutes, qui a actuellement lieu tous les samedis, commence par un voyage virtuel à travers le système solaire suivi d'une exploration du ciel nocturne au-dessus de l'amphithéâtre.

Grâce à un casque de réalité augmentée, le public peut voir des illustrations des étoiles et des constellations superposées sur le ciel.

« À mesure que vous tournez la tête, les constellations apparaissent et disparaissent, mais elles sont superposées sur les vraies étoiles, indique Jeremy Fontana. C'est vraiment l'essence de la réalité augmentée, vous avez les deux choses qui se déroulent en même temps. »

M. Fazekas a développé le concept et rédigé le contenu, en plus de demander à National Geographic d'agir comment partenaire au sein du projet.

Les deux entrepreneurs espèrent pouvoir offrir un spectacle similaire ailleurs.

« Je me suis occupé de l'aspect éducatif et scientifique, et National Geographic a fourni sa grande capacité de réseautage et sa marque internationale », précise Andrew Fazekas.

« Être dehors sous un ciel très sombre rempli d'innombrables étoiles est une expérience qui rend très humble et avoir cette technologie permet vraiment d'élucider certains des mystères du ciel nocturne. Ça ne ressemble à rien d'autre de ce qui existe. »

Le spectacle bénéficie aussi de la désignation de réserve de ciel étoilé récemment octroyée au site par la Société royale d'astronomie du Canada.

Il s'agit seulement de la deuxième réserve du genre à être établie au Québec après celle du mont Mégantic, qui abrite un observatoire.

« Cela permet de voir beaucoup plus d'étoiles que dans les zones où la pollution lumineuse est élevée », commente M. Fazekas.

Les nuages ne sont pas un frein au spectacle, qui s'amorce dès qu'il fait noir.

En tant que communicateur scientifique, Andrew Fazekas dit vouloir piquer la curiosité des jeunes, « la prochaine génération d'astronomes, d'astronautes, de mathématiciens et d'ingénieurs ».




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer