Gastronomie en orbite

Le menu de l'astronaute David Saint-Jacques sera très riche... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Le menu de l'astronaute David Saint-Jacques sera très riche en oméga-3, car il contient beaucoup de poisson sec ou en conserve ; des saumons sockeye fumés ainsi que des pâtés de homard et de crabe.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Que mangent les astronautes dans la station spatiale internationale ? Pas mal les mêmes aliments que leurs semblables sur Terre. À sept mois du départ de David Saint-Jacques pour sa mission, l'Agence spatiale canadienne nous a ouvert les portes de ses cuisines.

L'astronaute québécois David Saint-Jacques, qui déjà testé une... (Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse) - image 1.0

Agrandir

L'astronaute québécois David Saint-Jacques, qui déjà testé une cinquantaine d'aliments qu'il a notés de 0 à 10, quittera la Terre le 20 décembre vers la Station spatiale internationale.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Le régime spatial contient notamment des noix et... (Photo Bernard Brault, La Presse) - image 1.1

Agrandir

Le régime spatial contient notamment des noix et des fruits séchés.

Photo Bernard Brault, La Presse

BEAUCOUP DE POISSON 

Surprise : les astronautes ne mangent pas des petites pilules vertes ou uniquement des aliments en poudre. La NASA prépare le menu maître des habitants de la Station spatiale internationale, mais chacun des astronautes aura également un menu local. Celui de David Saint-Jacques sera très riche en oméga-3, car il contient beaucoup de poisson sec ou en conserve ; des saumons sockeye fumés ainsi que des pâtés de homard et de crabe. Tous sont des produits canadiens.

DAVID SAINT-JACQUES 

Le Québécois quitte la Terre le 20 décembre et arrivera à la Station spatiale internationale après un voyage de six heures. Il a déjà testé une cinquantaine d'aliments qu'il a notés de 0 à 10, selon qu'il a détesté ou adoré. Seuls ceux qui ont obtenu une note de plus de 7 passent le test. Dans le groupe, le célèbre biscuit feuille d'érable.

165 °F

La Station internationale est munie d'un petit four à convection qui n'est pas très puissant, seulement un maximum de 165 °F. Les aliments qui arrivent en poche, déshydratés - les épinards, par exemple -, reprennent facilement leur forme initiale avec un petit jet d'eau. L'astronaute les mange directement dans la poche, avec une longue cuillère qui se rend jusque dans le fond, pour ne pas en perdre une bouchée. C'est Popeye qui serait fier !

QU'EST-CE QUE ÇA GOÛTE ? 

L'Agence spatiale canadienne a organisé hier une petite dégustation des aliments qui vont bientôt partir pour l'espace, à ses bureaux de Saint-Hubert. Verdict : ça goûte exactement la même chose que l'équivalent acheté sur Terre, car la plupart des produits proviennent carrément des étagères de supermarchés. Les plats cuisinés n'étaient de toute évidence pas des créations d'un grand chef. Le pad thaï végé et la lasagne à la viande étaient comparables à ce que l'on retrouve dans les congélateurs des supermarchés. On a bien apprécié les fruits et les légumes séchés, particulièrement le poivron rouge déshydraté, qui devient ainsi très sucré. La pauvre tomate séchée ne fera malheureusement pas le voyage, car on s'est rendu compte qu'elle devenait friable, ce qui n'est pas du tout pratique dans un environnement sans gravité. Le menu comprend aussi beaucoup de noix. On a quand même permis une petite fondue au chocolat, pour les soirées spéciales !

18 MOIS

Il n'y a pas de frigo là-haut. Le panier d'épicerie de la Station spatiale internationale est donc composé d'aliments qui ont une durée de vie dans le garde-manger d'au moins un an, idéalement 18 mois. Parfois, ce sont carrément des conserves qui prendront le chemin des étoiles. 

LE CHOUCHOU 

Les représentantes de l'Agence spatiale canadienne ont révélé un grand secret hier : ce sont les crevettes en cocktail qui sont les plus populaires à la Station spatiale internationale. Pourquoi ? Parce qu'elles sont épicées. Les astronautes ne perdent pas la faculté de goûter lorsqu'ils sont dans l'espace, mais leur circulation sanguine se fait différemment. Et leur visage enfle un peu. Ils ont ainsi une sensation comparable à celle que l'on peut avoir lorsqu'on a un bon rhume. Pour les aider à apprécier quand même leurs plats, ils ont à leur disposition une solution saline, qui fait office de sel, puisque du sel ordinaire se disperserait dans toutes les directions ! Le poivre, lui, a été mélangé à une huile, pour créer un assaisonnement pratique !

ATTENTION AU SEL ! 

Les astronautes qui aiment les produits salés devront se contenir un peu : l'apesanteur rend les os fragiles, on leur impose donc une diète réduite en sel, mais riche en vitamine D, pour ces humains qui ne s'exposeront pas beaucoup au soleil...

LES INTERDITS 

Nos pauvres astronautes ne pourront pas trinquer pour un événement spécial, du moins, pas avec un grand cru : il n'y a pas d'alcool à bord de la Station spatiale. Pas de boissons pétillantes non plus, ni de contenants de verre. Les pains qui font des miettes sont aussi laissés sur Terre. Tant pis pour la baguette, elle a été remplacée par des tortillas. Le thé et le café sont permis. Ils se boivent à la paille.

1900 CALORIES MINIMUM

Les scientifiques qui travaillent dans la Station spatiale mangent ce qu'ils veulent, selon leurs envies, mais ils doivent consommer un minimum de 1900 calories et un maximum de 3200 calories par jour, explique Natalie Hirsch, kinésiologue pour l'Agence spatiale canadienne. Leur consommation est surveillée depuis la Terre. 

REPAS EN FAMILLE 

On le sait, manger seul, c'est triste et ça finit par miner le moral. Bien loin de leur maison, les locataires de la Station spatiale prennent soin de manger au moins un repas par jour ensemble.

FRUITS FRAIS 

Moment de grand bonheur, à l'arrivée d'un cargo, les astronautes ont droit à un plaisir rare : des fruits frais, directement de la Terre. À consommer immédiatement.

BOÎTE RÉCONFORT 

Durant leur séjour de six mois, les astronautes pourront recevoir trois ou quatre boîtes réconfort de la maison. Un petit dessin d'un enfant, des gâteries juste pour eux choisies par leurs proches. Le Français Thomas Pesquet avait reçu des macarons Ladurée lors de son séjour dans l'espace. L'histoire ne dit pas s'il les avait partagés avec ses colocs...




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer