Rosetta: une ultime photo en guise de cadeau d'adieu

Les ingénieurs de Göttingen sont parvenus à reconstruire... (Photo ESA/Rosetta via AP)

Agrandir

Les ingénieurs de Göttingen sont parvenus à reconstruire l'image, à leur grande satisfaction.

Photo ESA/Rosetta via AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

La sonde Rosetta, juste avant de s'écraser sur la comète Tchouri, a envoyé une ultime photo, incomplète, que l'Agence spatiale européenne (ESA) a réussi à reconstruire et publie jeudi, un an après la fin de cette aventure spatiale qui a captivé les Terriens.

Rosetta est alors à une vingtaine de mètres de la zone rocheuse et poussiéreuse qui s'apprête à lui servir de tombe. L'image est un peu floue, mais potentiellement émouvante pour les fans de la sonde.

Rosetta s'est écrasée volontairement le 30 septembre sur la comète Tchourioumov-Guérassimenko, qu'elle escortait depuis août 2014.

La plupart de ses instruments, dont sa caméra, fonctionnaient encore et ont permis de récolter toute une série de précieuses données, dont des images qu'on pensait être les dernières.

Mais les équipes de l'ESA ont eu une surprise quelque temps plus tard.

«Nous avons retrouvé dans notre serveur quelques paquets de données. Et nous avons pensé «génial, il se peut qu'il y ait encore une image»», explique Holger Sierks, de l'institut Max Planck de recherche sur le système solaire à Göttingen (Allemagne), qui travaillait sur la caméra Osiris.

Les dernières photos prises par la caméra faisaient 23 048 octets par image. Elles étaient divisées en paquets de données avant d'être envoyées vers la Terre.

L'image en question était divisée en six paquets. Mais la transmission s'est interrompue alors que seuls trois paquets avaient pu être envoyés, correspondant à 12 228 octets. La sonde avait été programmée pour s'éteindre au moment de l'impact.

Malgré tout, les ingénieurs de Göttingen sont parvenus à reconstruire l'image, à leur grande satisfaction.

L'écrasement final de Rosetta signait la fin d'une odyssée spatiale européenne historique de plus de douze ans pour tenter de percer les mystères de la formation du système solaire.

Les comètes sont apparues il y a 4,5 milliards d'années et sont en quelque sorte restées dans le «congélateur» de l'espace pendant quasiment tout ce temps. Ce qui en fait des témoins d'exception.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer