La sonde Juno va survoler la Grande Tache rouge de Jupiter

La Grande Tache rouge, un gigantesque tourbillon de 16 000 kilomètres... (PHOTO ARCHIVES AFP/NASA)

Agrandir

La Grande Tache rouge, un gigantesque tourbillon de 16 000 kilomètres de diamètre qui intrigue les astronomes depuis 1665.

PHOTO ARCHIVES AFP/NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un peu plus d'un an après s'être mise en orbite autour de Jupiter, la sonde américaine Juno s'apprête mardi à survoler directement la Grande Tache rouge, un gigantesque tourbillon de 16 000 kilomètres de diamètre qui intrigue les astronomes depuis 1665.

« La Grande Tache rouge mystérieuse de Jupiter est probablement le phénomène le plus connu sur la plus grande planète du système solaire », pointe Scott Bolton, du Southwest Research Institute à San Antonio au Texas, le responsable scientifique de la mission Juno.

« Cette gigantesque tempête fait rage sur Jupiter depuis des siècles et maintenant Juno et ses instruments, capables de pénétrer les épaisses couches nuageuses, vont pouvoir pour la première fois déterminer la profondeur de cet anticyclone et nous aider à comprendre la dynamique de cette tempête géante et ce qui en fait un phénomène si particulier », explique-t-il.

La récolte de données sur la Grande Tache rouge jovienne fait partie du sixième survol de la sonde au-dessus de la couche de nuages de la planète gazeuse géante.

Juno s'approchera au plus près de Jupiter à 21 h 55 lundi quand elle se trouvera à seulement 3500 kilomètres au-dessus des nuages de la planète.

Onze minutes et 33 secondes après, la sonde américaine aura parcouru 39 771 km de plus et se trouvera alors directement à la verticale de la Grande Tache rouge à environ 9000 km. Les huit instruments de Juno ainsi que sa caméra, JunoCam, fonctionneront durant tout le survol, précise la NASA.

Lancée le 5 août 2011, la sonde, s'est mise en orbite autour de Jupiter le 4 juillet 2016.

Juno, une mission de 1,1 milliard de dollars, doit rester au total une vingtaine de mois autour de Jupiter dont elle doit effectuer 37 survols, pour la plupart entre 10 000 et 4667 kilomètres au-dessus des nuages.

Les survols de Juno sont beaucoup plus proches que le précédent record de 43 000 kilomètres, établi par la sonde américaine Pioneer 11 en 1974.

La sonde a détecté de gigantesques ouragans sur les pôles de Jupiter et effectué des observations inédites sur l'atmosphère et l'intérieur la planète.

Jupiter apparaît comme « un monde complexe, gigantesque et turbulent », très différent de ce que les scientifiques imaginaient, expliquait la NASA en commentant deux des premières études effectuées avec les données transmises par Juno et publiées le 25 mai dernier dans la revue américaine Science.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer