Astéroïde qui a décimé les dinosaures: la Terre a réagi comme un fluide

Un titanosaure exposé au American Museum of Natural... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

Un titanosaure exposé au American Museum of Natural History, New York. Les titanosaures ont été le dernier grand groupe de sauropodes avant l'extinction Crétacé-Tertiaire.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lorsque la météorite reconnue pour avoir initié l'extinction des dinosaures a frappé la Terre, il y a quelque 66 millions d'années, la force de son impact était telle que la surface de la planète a réagi comme un liquide, selon les résultats d'une recherche parue dans le magazine Science.

À l'impact, l'astéroïde d'un diamètre de quelque 15 km a créé un trou de 100 km de diamètre et de 30 km de profondeur. La roche au fond de ce gouffre a jailli à une hauteur équivalente à deux fois celle du mont Everest, la plus haute montagne de notre monde moderne qui culmine à 8848 mètres. Puis, toute cette roche émergente s'est effondrée en une vague et a formé un anneau de montagnes alors que les parois initiales du trou s'affaissaient à leur tour. Le cratère résultant fait désormais 200 km de diamètre et la cordillère de «l'anneau de pics» est haute de 500 mètres et d'un rayon d'environ 30 km du centre de l'impact.

Le tout s'est déroulé en à peine cinq minutes, 10 au gros maximum, selon le géophysicien Sean Gulick de l'Université du Texas. Ce dernier était à la tête de l'équipe de chercheurs qui a prélevé des échantillons sur le site du cratère formé par l'impact, le Chicxulub, dans la péninsule du Yucatán au Mexique.

De mai à juin cette année, ils ont prélevé des carottes de forage à près de 1,5 km de profondeur sous le plancher océanique du golfe du Mexique. Les résultats de leurs travaux ont été publiés la semaine dernière dans le magazine Science.

La reconstitution des événements a été rendue possible par l'analyse des carottes. Les scientifiques peuvent désormais décrire comment le cratère s'est produit.

La réaction de la surface de la Terre se compare à celle d'un cube de sucre qu'on laisse tomber de haut dans une tasse de café.

Leurs recherches confirment un modèle avec une charge dynamique et énergétique très importante. Les débris de la croûte terrestre projetés dans l'atmosphère à la suite de l'impact ont aussi masqué le ciel, modifiant le climat, ce qui a contribué à l'extinction de plusieurs espèces vivantes.

> À lire sur BBC, NPR et Time.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer