La «super Lune» fait le tour de la Terre

  • La Lune se trouve lundi à «seulement» 356 509 km de la Terre, contre une distance moyenne de 384 400 km. Il faut remonter au 26 janvier 1948 pour avoir une «super Lune» dont la distance avec la Terre soit inférieure. (Photo Daniel Hayduk, AFP)

    Plein écran

    La Lune se trouve lundi à «seulement» 356 509 km de la Terre, contre une distance moyenne de 384 400 km. Il faut remonter au 26 janvier 1948 pour avoir une «super Lune» dont la distance avec la Terre soit inférieure.

    Photo Daniel Hayduk, AFP

  • 1 / 10
  • La Lune brille à travers l'Acropole d'Athènes, en Grèce. (Photo Yorgos Karahalis, AP)

    Plein écran

    La Lune brille à travers l'Acropole d'Athènes, en Grèce.

    Photo Yorgos Karahalis, AP

  • 2 / 10
  • La «super Lune» illumine une statue de Vladimir Lénine au Kazakhstan. (Photo Dmitri Lovetsky, AP)

    Plein écran

    La «super Lune» illumine une statue de Vladimir Lénine au Kazakhstan.

    Photo Dmitri Lovetsky, AP

  • 3 / 10
  • La «super Lune» se dresse derrière une fusée Soyouz au cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. (Photo Dmitri Lovetsky, AP)

    Plein écran

    La «super Lune» se dresse derrière une fusée Soyouz au cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan.

    Photo Dmitri Lovetsky, AP

  • 4 / 10
  • Un avion passe devant la lune dans le ciel de Pékin, en Chine. (Photo Ng Han Guan, AP)

    Plein écran

    Un avion passe devant la lune dans le ciel de Pékin, en Chine.

    Photo Ng Han Guan, AP

  • 5 / 10
  • La lune est cachée par les nuages dans le ciel de Francfort, en Allemagne. (Photo Kai Pfaffenbach, REUTERS)

    Plein écran

    La lune est cachée par les nuages dans le ciel de Francfort, en Allemagne.

    Photo Kai Pfaffenbach, REUTERS

  • 6 / 10
  • La «super Lune» à Rome, en Italie. (Photo Alessandro Di Meo, AP)

    Plein écran

    La «super Lune» à Rome, en Italie.

    Photo Alessandro Di Meo, AP

  • 7 / 10
  • Une vue de la «super Lune» à Madrid, en Espagne. (Photo Gérard Julien, AFP)

    Plein écran

    Une vue de la «super Lune» à Madrid, en Espagne.

    Photo Gérard Julien, AFP

  • 8 / 10
  • Le lever de Lune au-dessus des gratte-ciel de la ville de Hong Kong. (Photo Kin Cheung, AP)

    Plein écran

    Le lever de Lune au-dessus des gratte-ciel de la ville de Hong Kong.

    Photo Kin Cheung, AP

  • 9 / 10
  • La «super Lune» derrière la Tour du CN à Toronto. (Photo Frank Gunn, PC)

    Plein écran

    La «super Lune» derrière la Tour du CN à Toronto.

    Photo Frank Gunn, PC

  • 10 / 10

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Benoit FINCK
Agence France-Presse
Athènes

Un peu partout dans le monde, les amateurs de spectacles célestes ont pu admirer lundi la «super Lune», un phénomène astronomique inédit depuis 68 ans et qui ne se reproduira pas avant 2034.

Cette «super Lune» résulte de la concomitance de la pleine Lune presque au moment où notre satellite naturel se trouve au plus près de la Terre, et apparaît donc plus brillant et plus grand que la normale et ce jusqu'à 14%, selon la Nasa.

La Lune, qui a atteint son point le plus proche de la Terre à 11H22 GMT et a été pleine à 13H52 GMT, a été visible quasiment partout dans le monde une fois la nuit tombée. Mais le spectacle dépend avant tout de la météo.

Autour de l'Acropole, des centaines de Grecs et touristes rassemblés pour l'occasion n'ont pas été déçus: les quelques nuages dans le ciel se sont dissipés à temps pour que le globe lunaire apparaisse dans toute sa rondeur entre les colonnes du monument antique, avant de baigner le site de sa lueur, a constaté un photographe de l'AFP.

À près de 2000 km plus au nord, Roman Kwiatkowski, psychothérapeute de Cracovie (Pologne), regardait le ciel de sa terrasse. «Je trouve la lune plus dorée que d'habitude, ce n'est pas la couleur argent froide ordinaire», a-t-il confié à l'AFP.

Quasiment sur le même méridien, mais en Afrique, des dizaines de personnes étaient réunies sur la plage Coco Beach à Dar es-Salaam, capitale économique de la Tanzanie, pour admirer le spectacle, selon un photographe de l'AFP.

Nuages dans la visée

Varsovie, Amsterdam, Rome ou Londres étaient bien moins chanceux. Dans la capitale britannique, les nuages ne permettaient même pas d'apercevoir le sommet du Shard, le gratte-ciel le plus haut d'Europe avec ses 309 mètres. En Allemagne, de gros nuages empêchaient de voir la «super Lune» sur une grande partie du territoire.

En revanche, de nombreux Lisboètes se sont massés sur les bords du Tage, le fleuve qui traverse la capitale portugaise, pour assister à la lente apparition de la «super Lune» au-dessus du pont Vasco da Gama, par un temps clair et dégagé. «Je ne pouvais pas rater ça. C'est la première fois que je prends en photo une super Lune, c'est fantastique», a déclaré, enthousiaste, un photographe amateur, interrogé par la télévision portugaise.

Plus tôt, c'est l'Asie qui avait salué ce rare événement. À Sydney, des milliers de personnes ont afflué sur une petite plage de la banlieue est, et de bruyantes acclamations ont retenti lorsque l'astre a fait de brèves apparitions entre d'épais nuages gris, avant de disparaître.

«C'est vraiment bien», a déclaré à l'AFP Aidan Millar-Powell, dans une ambiance festive. «Les gens veulent voir ça parce que ça arrive une fois tous les 100 ans. Ils ne veulent pas mourir sans pouvoir dire «j'ai vu la super Lune»».

Davantage de luminosité

À Hong Kong, des touristes et des salariés travaillant face au front de mer ont observé le lever de Lune au-dessus des gratte-ciel de la ville.

«Je n'ai jamais vu une Lune aussi grande», a déclaré à l'AFP Lee Pak-kan. «La Lune est assez orange aussi, c'est assez spécial», a-t-il dit.

À Bali, île la plus touristique d'Indonésie, des surfeurs profitaient de vagues plus grandes au moment de la pleine «super Lune», grâce à l'influence de l'astre sur les marées.

La «super Lune» était largement visible aussi d'Inde même si à New Delhi, la capitale la plus polluée au monde, les habitants luttaient pour la distinguer dans le brouillard toxique surplombant la ville depuis plusieurs semaines.

La Lune se trouve lundi à «seulement» 356.509 km de la Terre, contre une distance moyenne de 384.400 km. Il faut remonter au 26 janvier 1948 pour avoir une telle «super Lune», et il faudra attendre le 25 novembre 2034 pour que la Lune se rapproche davantage de la Terre, selon Pascal Descamps, de l'Observatoire de Paris.

De plus, «comme le système Terre/Lune se rapproche du moment de l'année où il est le plus proche du Soleil (le 4 janvier 2017), la Lune reçoit plus de lumière du soleil que d'habitude, ce qui augmente sa luminosité apparente», explique l'Association astronomique irlandaise (IAA).

Le phénomène est visible de partout à l'oeil nu quand le ciel est dégagé, mais avec des jumelles ou un télescope, la surface lunaire peut être observée comme jamais. À Taïwan, le Musée astronomique de Taipei a d'ailleurs installé plusieurs télescopes dans le centre-ville.

À Washington, les curieux avaient déjà pu admirer dès dimanche la Lune en passe de devenir «super Lune», dans un ciel clair avec un soleil rougeoyant. Selon le Washington Post, des milliers de personnes ont contemplé ce spectacle dimanche soir.

Sur la côte Est des États-Unis, la «super pleine Lune» s'est produite lundi matin à 8h52 (13H52 GMT), en plein jour.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer