Sonde Hayabusa: des particules rapportées portent une histoire de 4 milliards d'années

La sonde Hayabusa... (PHOTO FOURNIE PAR l'Agence japonaise d'exploration spatiale)

Agrandir

La sonde Hayabusa

PHOTO FOURNIE PAR l'Agence japonaise d'exploration spatiale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TOKYO

Des particules prélevées sur l'astéroïde Itokawa par la périlleuse mission nippone Hayabusa sont «porteuses d'une histoire d'au moins 4 milliards d'années», ont annoncé mercredi des chercheurs de l'Agence japonaise d'exploration spatiale (Jaxa).

La sonde Hayabusa avait réussi il y a 11 ans à entrer en contact avec le petit astéroïde et à en extraire des poussières qui ont été rapportées sur Terre en 2010.

«Nous n'avons jusqu'à présent pas dit grand-chose des particules collectées par Hayabusa, mais nous sommes aujourd'hui en mesure de livrer de premiers résultats», a expliqué lors d'une conférence de presse Hisayoshi Yorimoto, le directeur du groupe d'analyse des motifs visibles à la surface de ces éléments avec de puissants instruments.

«Ce que nous savions, c'est qu'Itokawa (dont la longueur n'est que de 500 mètres) était née après l'explosion d'un corps céleste de 20 km de diamètre qui existait il y a plus de 4,5 milliards d'années». Or, parmi les quatre types de particules que nous avons pu distinguer, «au moins un est directement originaire du corps qui a donné naissance à Itokawa», a précisé un des membres de l'équipe d'analyse, Toru Matsumoto.

«Autrement dit, en étudiant la surface des particules, il est en théorie possible de retracer l'histoire de l'astéroïde», a-t-il ajouté, et ainsi de glaner des indications nouvelles sur l'évolution de l'univers depuis la genèse du système solaire il y a 4,6 milliards d'années.

La sonde Hayabusa avait rencontré Itokawa en septembre 2005 pour en aspirer des poussières à la surface, à l'aide d'un système de prélèvement certes ingénieux, mais aléatoire. Un cornet devait recueillir la poussière projetée par l'impact d'une bille sur la surface de l'astéroïde, la sonde disposant de seulement trois billes.

Des difficultés de télécommunications avec cet engin spatial, des avaries avec les moteurs, les batteries et d'autres équipements avaient aussi forcé les techniciens à repousser de trois ans son retour, le voyage se transformant en une véritable odyssée.

De ce fait, Hayabusa est devenue pour tous les Japonais, petits et grands, le symbole de la témérité et du non-renoncement dans l'adversité.

En décembre 2014 a été envoyée dans l'espace la sonde Hayabusa-2 qui a rendez-vous en 2018 avec un autre astéroïde, une mission qui pourrait permettre de collecter diverses données inédites pour la compréhension du système solaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer