Le Québécois David Saint-Jacques se rendra à la Station spatiale internationale

L'astronaute québécois David Saint-Jacques.... (Archives La Presse Canadienne, Fred Chartrand)

Agrandir

L'astronaute québécois David Saint-Jacques.

Archives La Presse Canadienne, Fred Chartrand

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vicky Fragasso-Marquis, Annik Chainey
La Presse Canadienne
Montréal

Même s'il a toujours rêvé d'aller dans l'espace, l'ingénieur, astrophysicien et médecin québécois David Saint-Jacques est resté incrédule lorsqu'on lui a appris qu'il serait le prochain Canadien à séjourner à la Station spatiale internationale (ISS).

«Ça fait tellement longtemps que je suis dans le milieu. Et on finit par perdre la perspective de la raison pour laquelle on s'entraîne», a-t-il expliqué lundi en entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne, quelques heures après l'annonce de son affectation par le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains.

Mais il a rapidement pris conscience de l'ampleur de la tâche qui l'attend. «Il y a toute une responsabilité à très bien faire mon travail à cause des attentes très élevées qu'ont les Canadiens envers les astronautes, puis c'est tout à fait légitime», a-t-il soutenu.

Âgé de 46 ans, M. Saint-Jacques sera copilote de la fusée russe Soyouz en novembre 2018 pour une mission de six mois. Il sera le neuvième astronaute canadien entraîné à s'envoler dans l'espace et le sixième à travailler à l'ISS pour un total de 16 missions spatiales.

M. Saint-Jacques fait donc partie de la courte liste d'astronautes canadiens à «mettre en pratique» ses connaissances scientifiques, et il le réalise pleinement.

L'astronaute originaire de Québec dit avoir toujours cultivé ce «fantasme» de l'espace, qui est devenu «la trame de fond» de toute sa vie, même si cela n'a jamais été un objectif ultime pour lui.

«Je n'ai pas pris de décision dans ma vie pour devenir astronaute, mais par contre, j'ai toujours été guidé par ce modèle-là, sans avoir vraiment le projet de le faire, parce que c'est tellement improbable. Ce n'est pas vraiment un projet raisonnable à avoir», a-t-il expliqué.

Car M. Saint-Jacques a accumulé tout un bagage professionnel et scientifique avant d'être recruté par la NASA, en 2009.

L'astronaute détient de nombreux diplômes universitaires, dont un doctorat en astrophysique de la prestigieuse université Cambridge, en plus d'avoir fait des études en médecine à l'Université Laval. Il a d'ailleurs été médecin à Puvirnituq, un village du Nunavik donnant sur la baie d'Hudson pendant quelques années.

Tout ce parcours lui sera utile, dit-il, notamment parce qu'il aura à effectuer des expériences en médecine - la spécialité du Canada, a-t-il tenu à souligner - qui serviront sur Terre par la suite.

«Le problème d'assurer les soins de santé dans des communautés éloignées, c'est exactement le même problème que d'assurer les soins de santé aux astronautes dans l'espace», a-t-il illustré.

L'entraînement de M. Saint-Jacques s'amorcera cet été et se déroulera au Canada, en Russie, au Japon et aux États-Unis.

Chris Hadfield, qui a été le commandant de l'ISS en 2013, est le dernier Canadien à être allé dans l'espace.

M. Saint-Jacques promet d'ailleurs d'être aussi actif sur les réseaux sociaux que son prédécesseur, qui avait partagé plusieurs images de son voyage.

«J'ai tellement une expérience extraordinaire, il n'est pas question que je garde ça pour moi-même. Je vais le partager avec le plus de gens possible», a-t-il assuré.

L'an dernier, le gouvernement fédéral avait révélé que le Canada enverrait deux astronautes à l'ISS, l'un d'ici 2019 et l'autre d'ici 2024. Il n'avait toutefois pas précisé qui partirait en premier. L'Agence spatiale canadienne avait le choix entre David Saint-Jacques et Jeremy Hansen, les deux seuls astronautes actifs de son équipe.

Les deux hommes ont été formés au centre de la NASA à Houston, au Texas, après avoir été recrutés en 2009.

Né à Québec le 6 janvier 1970, M. Saint-Jacques est marié et père de deux enfants. Il pratique la randonnée, le vélo et le ski, en plus de nourrir une grande passion pour la voile. Il est titulaire d'une licence de pilote professionnel, parle couramment le français et l'anglais, et peut converser en russe, en espagnol et en japonais.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer