Deux satellites de plus pour le système Galileo

Une fusée Soyouz.... (PHOTO JODY AMIET, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Une fusée Soyouz.

PHOTO JODY AMIET, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Deux nouveaux satellites destinés au système européen de navigation Galileo ont été placés en orbite «avec succès» jeudi par le lanceur russe Soyouz, a annoncé Arianespace qui boucle ainsi une année «exceptionnelle».

«Arianespace a lancé avec succès les satellites 11 et 12 de la constellation Galileo, pour la Commission européenne», a annoncé la société dans un communiqué.

«C'est une année exceptionnelle pour Arianespace», a déclaré à l'AFP Stéphane Israël, PDG de la société française. «Nous avons accompli deux records, un record de lancements, au nombre de 12 cette année, et un record de prise de commandes qui s'élève à 2,4 milliards d'euros, ce qui est sans précédent dans l'histoire d'Arianespace».

Le lanceur russe Soyouz, emportant les deux satellites, est parti de Sinnamary en Guyane française à l'heure prévue, 6h51 (heure de l'Est).

«La mission d'aujourd'hui, la troisième en 2015 au service de Galileo et la huitième pour le compte des institutions et des gouvernements européens, constitue un pas de plus vers l'autonomie de l'Europe en matière de navigation par satellites», a déclaré Stéphane Israël depuis le Centre spatial guyanais.

Les satellites de fabrication allemande (société OHB) ont été placés sur une orbite située à une altitude de 23 222 km après 03H48 de voyage.

«Grâce à ce lancement, l'Europe a doublé le nombre de ses satellites Galileo en orbite (passés de 6 à 12, NDLR) en tout juste neuf mois», a déclaré Didier Faivre, directeur du programme Galileo à l'Agence spatiale européenne (ESA) dans un communiqué.

Projet emblématique de la Commission européenne, Galileo comptera au total une trentaine de satellites. La constellation vise à réduire la dépendance de l'Europe à l'égard du GPS américain, tout en améliorant les services rendus aux utilisateurs grâce à sa très grande précision dans de très nombreux domaines (routier, maritime, agricole, etc..).

En septembre, l'Europe avait lancé les satellites 9 et 10 de la constellation et en mars, les 7 et 8.

L'année prochaine, probablement à l'automne, la fusée Ariane 5 entrera dans la danse et permettra la mise en orbite de quatre satellites à la fois. «Tous les clignotants sont au vert pour cette première Ariane 5», a estimé le PDG d'Arianespace.

Galileo devrait être mis partiellement en service à la fin de l'année prochaine.

«Les services initiaux devraient pouvoir commencer l'année prochaine», a précisé Jan Woerner.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer