Une fusée emportant un vaisseau de ravitaillement pour l'ISS décolle

La Station spatiale internationale.... (PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

La Station spatiale internationale.

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Tokyo

Une fusée japonaise H-2B a expédié mercredi dans l'espace Kounotori 5, un vaisseau de ravitaillement pour approvisionner les passagers de la Station spatiale internationale (ISS), a annoncé l'agence nippone Jaxa.

Le lanceur a quitté le sol de la base méridionale de Tanegashima comme prévu peu avant 20h51 locales (7h51 heure de l'Est), selon les images diffusées en direct sur le site internet de l'agence d'exploration spatiale.

«La fusée suit la trajectoire prévue», a déclaré un commentateur pendant les premières minutes de vol.

«Tout se déroule selon les plans, la fusée est très stable», a-t-il ajouté environ 15 minutes après le décollage, annonçant peu après la «séparation réussie du vaisseau HTV5» sous les applaudissements des équipes de la salle de contrôle.

«Le vol est un succès», a conclu un autre commentateur.

Ce cinquième exemplaire du lanceur H-2B (ou H-IIB) transportait un module cargo inhabité à usage unique, appelé HTV5 ou Kounotori 5 («la cigogne»), chargé de 5,5 tonnes de matériel et vivres pour les résidents de l'ISS, dont un équipement de traitement d'eau confié par l'agence spatiale américaine NASA.

Le HTV5 doit arriver à l'ISS au bout d'environ cinq jours de vol et y rester arrimé quelque 45 jours avant de repartir en emportant les ordures non dangereuses et ce qui est devenu inutile à bord de la station. Il finira son épopée en se consumant dans l'atmosphère terrestre.

La  tâche délicate d'arrimage de la capsule à la station a été confiée au spationaute nippon Kimiya Yui. La manipulation consiste à «attraper» le HTV5 à l'aide d'un bras robotisé pour le fixer à l'ISS et le décharger.

Parmi les équipements scientifiques emportés figure une «unité d'habitat pour souris» qui permettra d'étudier dans le laboratoire japonais «Kibo» le vieillissement de l'être vivant, notamment à travers les changements constatés sur les os, les muscles et des fonctions immunitaires.

«L'espace est le seul lieu où ces les effets de l'âge peuvent être observés en mode accéléré», souligne la Jaxa.

D'autres expériences inédites sont prévues avec des instruments nouveaux dans le mini centre de recherche international que constitue l'ISS où se succèdent les spationautes américains, russes, européens et japonais.

Nouveau lanceur, moins onéreux, en préparation

«La mission de ravitaillement de Kounotori est un devoir indispensable pour l'ISS. Les technologies spatiales japonaises suscitent une grande confiance et de fortes attentes au niveau international», a commenté le premier ministre nippon Shinzo Abe dans un communiqué.

Début juillet, le vaisseau de ravitaillement russe Progress avait rejoint comme prévu la station, après deux échecs de lancements russe et américain ces derniers mois.

Un précédent cargo Progress s'était en effet désintégré début mai dans l'espace et fin juin la fusée américaine Falcon 9 de SpaceX avait explosé détruisant la capsule non habitée Dragon qui devait approvisionner l'ISS.

La mission japonaise Kounotori 5 est la cinquième de ce type pour le modèle de lanceur H-2B après celles, réussies, de septembre 2009, janvier 2011, juillet 2012 et août 2013.

Le tir de mercredi était réalisé par la Jaxa et le groupe industriel Mitsubishi Heavy Industries (MHI) également chargé de l'assemblage de la fusée H-2B, la plus grosse du Japon après le modèle H-2A.

La H-2A effectue pour sa part non seulement des missions gouvernementales et institutionnelles pour le compte du Japon, mais aussi des lancements commerciaux pour des clients nippons et étrangers. La H-2A, qui affiche un taux de réussite de plus de 96%, se pose ainsi en concurrente de la fusée européenne Ariane, même si les prix de lancement du modèle japonais sont beaucoup plus élevés.

La Jaxa et les industriels nippons sont de ce fait en train de développer un nouveau lanceur qui, tout en s'appuyant grandement sur des techniques éprouvées des H-2A et H-2B, devrait permettre de réduire notablement les coûts à horizon 2020.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer