Pluton: des montagnes mais pas de cratères

New Horizons a marqué l'histoire de la conquête... (PHOTO REUTERS/NASA)

Agrandir

New Horizons a marqué l'histoire de la conquête spatiale en effectuant le premier survol rapproché de Pluton après un périple de neuf ans et 5 milliards de kilomètres.

PHOTO REUTERS/NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Marc Antoine BAUDOUX
Agence France-Presse
Washington

Les scientifiques de la NASA ont diffusé de nouvelles images spectaculaires de Pluton et de sa principale lune, Charon, reçues de la sonde New Horizons après son survol de la planète naine mardi, qui révèlent notamment des montagnes de belle taille.

La sonde, qui a passé la journée de mardi à opérer des relevés de données et à prendre des photos, a enfin pu se tourner vers la Terre pour commencer à envoyer ses précieuses données: «Nous sommes en communication avec New Horizons depuis 05h50 ce matin», a noté mercredi Alan Stern, principal scientifique de la mission.

«Aujourd'hui nous avons reçu un premier échantillon des trésors scientifiques collectés durant ces moments critiques et je peux vous dire que cela surpasse largement toutes nos espérances», a ajouté l'ancien astronaute John Grunsfeld, directeur des missions scientifiques de la NASA, lors d'une conférence de presse.

L'équipe en charge de la mission a ainsi montré une image zoomée et très précise d'une petite partie de Pluton, illustrant les détails que les nouvelles données permettront de découvrir.

«L'image dévoilée mardi était déjà spectaculaire, maintenant on a une résolution dix fois plus précise. Et le plus incroyable pour moi au niveau géologique est que cette image zoomée, qui montre une zone de 250 km de large, ne montre aucun impact de cratère, alors que Pluton se situe dans la ceinture de Kuiper et est donc régulièrement bombardée de débris», a expliqué John Spencer, un des chercheurs de la mission.

«Sur cette image on voit aussi des montagnes assez hautes, d'environ 3500 m d'altitude. Cela nous montre que la croûte glacée de Pluton est assez solide pour soutenir de hautes montagnes comme celles-ci, qui sont de la taille des Rocky Mountains dans le Colorado», a repris M. Spencer.

New Horizons a aussi pris des clichés très détaillés de Charon, la principale lune de la planète naine: «Pluton ne pouvait pas nous décevoir mais Charon ne nous déçoit pas non plus!», s'est enthousiasmée Cathy Olkin, directrice adjointe du projet.

Un monde complexe et fascinant

«C'est un petit monde sur lequel on voit une vaste zone foncée au pôle nord, qu'on a surnommé "Le Mordor" (comme dans le monde des ténèbres du Seigneur des Anneaux, NDLR), il y a des falaises, des canyons dont un fait probablement 10 km de profondeur... Il y a tellement d'éléments scientifiques intéressants dans cette seule image», a-t-elle poursuivi.

La lune Charon.... (PHOTO AP/NASA) - image 2.0

Agrandir

La lune Charon.

PHOTO AP/NASA

Par ailleurs l'équipe de New Horizons a révélé avoir baptisé la grande zone claire en forme ce coeur sur Pluton la «Région Tombaugh», du nom de Clyde Tombaugh, le découvreur de la planète en 1930.

New Horizons a marqué l'histoire de la conquête spatiale mardi en effectuant le premier survol rapproché de Pluton après un périple de neuf ans et 5 milliards de kilomètres.

Cette petite sonde de la taille d'un piano droit avait été lancée en 2006, l'année même où Pluton, longtemps considérée comme la neuvième planète de notre système solaire, avait été reclassée en «planète naine» à cause de sa petite taille. Pluton est en effet plus petite que notre Lune par exemple.

Depuis Voyager 2, qui avait survolé Neptune en 1989, aucune nouvelle planète n'avait été approchée d'aussi près.

«Maintenant nous voyons Pluton. On n'avait aucune idée de ce qui nous attendait, ça aurait pu être intéressant, sans plus... Mais la chose extraordinaire à propos de l'exploration, de la science, c'est que la nature nous réserve toujours d'incroyables surprises. Il s'avère que Pluton est un monde complexe absolument fascinant, et il va nous falloir du temps pour comprendre tout ce qui se passe», a repris M. Grunsfeld.

Grâce aux données envoyées par New Horizons ces derniers jours lors de son approche, les chercheurs ont déjà pu notamment confirmer la présence de glace sur les pôles et affiner les mesures sur la taille exacte de la planète naine.

Il faudra au total 16 mois à la sonde pour transmettre toutes les données collectées en quelques heures durant son survol historique. En attendant, New Horizons poursuit son chemin pour aller observer la ceinture de Kuiper, un vaste amas de débris au-delà de l'orbite de Neptune.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer