La NASA a choisi les instruments pour l'exploration d'Europe, lune de Jupiter

En 2012, Hubble avait observé de la vapeur... (Photo NASA, Reuters)

Agrandir

En 2012, Hubble avait observé de la vapeur d'eau sur Europe, une lune de Jupiter.

Photo NASA, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

La NASA a annoncé mardi la sélection de neuf instruments scientifiques pour sa future mission d'exploration d'Europe, la mystérieuse lune de Jupiter qui pourrait être l'endroit le plus prometteur dans le système solaire pour abriter la vie en dehors de la Terre.

La sonde américaine Galileo qui avait exploré Jupiter et ses lunes de 1995 à 2003, avait détecté des indices de la présence sur Europe d'un océan de la taille de notre lune sous une couche de glace.

Si l'existence de cet immense océan est prouvée par la prochaine mission de la NASA, il pourrait contenir plus de deux fois plus d'eau que tous ceux de la Terre réunis.

Avec de l'eau salée, des fonds rocheux et des éléments chimiques produits par le mouvement des marées, Europe pourrait être le meilleur endroit dans le système solaire pour trouver la vie, explique la Nasa.

La NASA a octroyé 30 millions de dollars dans le budget actuel (2016) pour formuler la mission, prévue en 2020, et la sélection des instruments et de la sonde.

Le vaisseau spatial sera propulsé par l'énergie solaire. Il tournera autour de Jupiter pour effectuer des survols répétés d'Europe pendant trois ans. Au total, la sonde survolera la lune à 45 reprises à des altitudes variant de 25 à 2700 kilomètres.

Les instruments sélectionnés parmi 33 proposés par un grand nombre de scientifiques, comprennent notamment des caméras et des spectromètres pour produire des images à haute définition de la surface d'Europe et pour en déterminer la composition.

Il y a aussi un radar capable de pénétrer la glace afin d'en mesurer l'épaisseur et de chercher des lacs situés en dessous.

La sonde aura aussi à bord un magnétomètre pour mesurer la force et la direction du champ magnétique d'Europe ce qui permettra aux scientifiques de déterminer la profondeur de l'océan et sa salinité.

«Europe nous fascine avec sa surface énigmatique recouverte de glace et des indices d'un vaste océan», commente John Grunsfeld, responsable à la NASA des missions scientifiques, citant aussi «les observations récemment du télescope spatial Hubble suggérant des panaches d'eau sur cette lune».

En 2012, Hubble y avait observé de la vapeur d'eau.

Si cela est confirmé et ces panaches sont liés à l'océan, les scientifiques pourront alors déterminer si la vie peut exister sur Europe.

«Nous sommes très emballés par le potentiel de cette nouvelle mission et de ces instruments pour percer les mystères d'Europe dans notre quête pour trouver des signes de vie au-delà de la Terre», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer