Brève éclipse lunaire totale samedi visible dans le Pacifique

Une éclipse lunaire... (PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Une éclipse lunaire

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse

Une éclipse lunaire totale très brève sera visible samedi de l'ouest de l'Amérique du Nord, et dans le Pacifique jusqu'en Australie et en Asie de l'Est.

Le phénomène débutera à 6h16 (heure de l'Est) dans l'Ouest américain quand la Lune commencera à entrer dans l'ombre de la Terre.

Pendant 1 heure et 45 minutes, l'ombre terrestre passera sur le disque lunaire pour le recouvrir totalement à 7h58 (heure de l'Est) dans l'ouest de l'Amérique du Nord, précise la NASA.

À l'est du Mississippi, l'éclipse sera interrompue par le lever du soleil, mais à l'ouest du fleuve les observateurs pourront voir la totalité du phénomène.

Si certaines éclipses lunaires totales peuvent durer plus d'une heure, celle-ci sera limitée à 4 minutes et 43 secondes. Cela s'explique par le fait que la Lune passera dans une partie seulement de l'ombre de la Terre.

Contrairement aux éclipses solaires, les éclipses lunaires peuvent être observées à l'oeil nu sans danger, car les rayons lumineux qui traversent l'atmosphère terrestre sont déviés par la réfraction de l'atmosphère et éclairent la Lune.

Ce rayonnement lumineux se traduit par une coloration rougeâtre et orange du disque lunaire similaire aux couleurs du ciel au moment du coucher du Soleil.

Cette éclipse se produira deux semaines seulement après l'éclipse solaire totale du 20 mars qui s'est produite au moment de la nouvelle Lune et a pu être vue dans le nord de l'Atlantique et l'océan Arctique.

Ce sera également la troisième de quatre éclipses lunaires totales à six mois d'intervalle entre 2014 et 2015. La quatrième se produira le soir du 27 septembre prochain et sera visible partout en Amérique du Nord, à l'exception du nord-ouest du Canada et en Alaska.

Cette séquence de quatre éclipses lunaires séparées de six mois n'est pas très fréquente, la précédente s'est produite il y a dix ans et la prochaine commencera en 2032.

À la différence d'une éclipse solaire totale qui ne peut être vue que d'une partie limitée de la surface de la Terre, une éclipse lunaire peut être observée depuis la moitié du globe faisant face à la Lune au moment où elle passe dans l'ombre terrestre, expliquent les astronomes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer