Éclipse, grandes marées: la Lune donne un grand spectacle

La Lune... (PHOTO FOURNIE PAR LA NASA)

Agrandir

La Lune

PHOTO FOURNIE PAR LA NASA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Pascale MOLLARD-CHENEBENOIT
Agence France-Presse
Paris

La Lune fait son spectacle cette semaine: vendredi, elle offrira une éclipse de Soleil à l'Europe notamment et samedi, elle mettra beaucoup du sien pour produire une grande marée d'ampleur exceptionnelle.

Deux spectacles différents, qui raviront les amateurs, mais nécessiteront des précautions. Le port de lunettes spéciales sera impératif pour l'éclipse. Un minimum de prudence sera recommandé aux promeneurs curieux d'admirer les vagues déclenchées par ces grandes marées dont le coefficient atteindra 119, sur une échelle théorique de 120.

Le 20 mars, le Soleil sera totalement caché par la Lune pour un bref moment dans une bande dessinant un demi-cercle autour du Groenland. Plus on sera loin de cette zone et moins l'éclipse sera importante.

Il s'agit de la dixième éclipse totale du XXIe siècle et la première éclipse de 2015. Elle aura lieu le jour de l'équinoxe de printemps, lorsque le Soleil passe de l'hémisphère Sud à l'hémisphère Nord.

Dans une zone d'environ 500 km de large et de 5600 km de long, allant de l'Atlantique Nord au pôle Nord, la Lune occultera peu à peu le Soleil jusqu'à ce qu'il soit caché totalement pendant 2 min 47 secondes au maximum.

Peu de personnes auront le privilège de voir l'éclipse totale, car seuls deux territoires émergés sont situés dans cette bande. Il faudra se trouver aux îles Féroé, archipel subarctique danois vers 5h41 (heure de l'Est) ou bien dans l'archipel norvégien du Svalbard (qui comprend l'île du Spitzbzerg) vers 6h11 (heure de l'Est) pour voir le Soleil se transformer en disque noir brièvement. Seul restera alors visible un halo lumineux, la «chevelure» de l'astre.

Dans une large zone autour de cette «bande de totalité», l'éclipse sera vue seulement comme partielle. Ce sera le cas dans les pays européens, en Afrique du Nord, et dans le nord-ouest de l'Asie.

«Mais ça devrait être quand même un beau spectacle», à condition que la météo soit de la partie, souligne Philippe Henarejos, rédacteur en chef de la revue française Ciel et Espace.

«Super Lune»

À Reykjavik (Islande), le Soleil sera caché à plus de 97% à 5h37 (heure de l'Est), à Édimbourg, cela avoisinera les 93% à 9h35 GMT, à Londres on sera à 84% à 5h30 (heure de l'Est) et à Bruxelles à près de 80% à 5h34.

En France, l'ombre d'abord imperceptible arrivera par les Pyrénées et s'étendra rapidement vers le nord. Vers 5h30, le Soleil sera caché à 81,5% à Saint-Brieuc, à 80% à Lille. Il le sera à 78% à Paris. Mais seulement à 63% à Nice et à 59% à Bastia.

«Dans les régions où l'éclipse est vue comme partielle, si on n'est pas prévenu qu'il y a ce phénomène, on ne sent pas la différence de luminosité», relève l'astronome Denis Savoie, directeur de la médiation scientifique du Palais de la Découverte et de la Cité des Sciences à Paris.

En revanche, dès que l'on chausse les lunettes protectrices, on voit le Soleil se faire progressivement grignoter par la Lune et prendre la forme d'un croissant.

Les éclipses totales surviennent lorsque la Lune passe entre la Terre et le Soleil à un moment où les trois astres sont parfaitement alignés.

Mais il y a une autre condition: «il faut que la Lune soit suffisamment basse, suffisamment proche du plan qui passe par la Terre et par le Soleil pour que ce phénomène se produise», souligne Denis Savoie.

Coïncidence céleste, le Soleil est environ 400 fois plus large que la Lune, mais il est aussi 400 fois plus loin. La Lune peut ainsi cacher entièrement le Soleil pour les personnes se trouvant dans l'ombre qu'elle projette à la surface de la Terre.

La Lune se fera encore remarquer samedi avec de grandes marées, très importantes, qui toucheront notamment la baie de Fundy au Canada, les côtes de l'Atlantique, celles de la Manche et de la Mer du Nord.

La marée résulte un effet de l'attraction gravitationnelle de la Lune et du Soleil sur les océans.

Pour avoir de grandes marées, il faut que la Terre, la Lune et le Soleil soient alignés, comme c'est le cas pour une éclipse, déclare Kevin Horsburgh, du Centre national océanographique (NOC) britannique. «Et pour les marées particulièrement grandes, la Lune doit se trouver au-dessus de l'Équateur».

Qui plus est, samedi, notre satellite sera une «super lune», car elle sera à son point le plus proche de la Terre (le périgée).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer