L'ESA, «porte d'accès» de l'Europe à l'espace

L'Agence spatiale européenne (ESA) est composée de l'Allemagne, l'Autriche,... (PHOTO DANIEL ROLAND, AFP)

Agrandir

L'Agence spatiale européenne (ESA) est composée de l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège (non membre de l'UE), les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse (non membre de l'UE).

PHOTO DANIEL ROLAND, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

L'Agence spatiale européenne (ESA), qui va tenter de mettre sur les rails mardi le nouveau lanceur européen Ariane 6, se veut «la porte d'accès de l'Europe à l'espace».

Constituée de 20 États membres, dont 18 appartiennent à l'Union européenne, elle a pour mission de «gérer le développement des capacités spatiales de l'Europe» et vient de réussir une première historique avec l'atterrissage du robot Philae sur une comète, salué par la NASA, son homologue américaine.

Elle dispose pour 2014 d'un budget de 4,1 milliards d'euros, bien loin toutefois des 17,6 mds de dollars attribués à la NASA. L'Allemagne (22,9 %) et la France (22,6 %) sont ses deux plus gros contributeurs, suivis par l'Italie (10,5 %) et le Royaume-Uni (8,1 %).

L'ESA, qui fête cette année son cinquantenaire, fonctionne sur la base d'un «retour géographique». Ce qui signifie qu'elle investit dans chaque État membre, sous forme de contrats attribués à son industrie pour la réalisation d'activités spatiales, un montant qui équivaut à peu près à la contribution de ce pays.

Le Conseil de l'ESA est l'instance dirigeante de l'organisation. Chaque État membre y dispose d'une voix, quelle que soit sa taille ou sa contribution financière.

Comme elle va le faire mardi à Luxembourg, l'ESA se réunit au niveau ministériel (Conseil ministériel) pour prendre de grandes décisions sur la poursuite des programmes existants, le lancement de nouveaux programmes et les engagements financiers.

Cette organisation intergouvernementale est composée de l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l'Irlande, l'Italie, le Luxembourg, la Norvège (non membre de l'UE), les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse (non membre de l'UE).

Deux autres États membres de l'UE, la Hongrie et l'Estonie, «devraient eux aussi adhérer prochainement à l'ESA», selon l'agence.

Le Canada participe à certains programmes au titre d'un accord de coopération.

Son directeur général est actuellement le Français Jean-Jacques Dordain, dont le troisième mandat s'achèvera en juin 2015.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer