Un vaisseau Soyouz s'arrime sans encombres à l'ISS

«Le décollage s'est passé normalement et l'équipage se... (Photo SHAMIL ZHUMATOV, Reuters)

Agrandir

«Le décollage s'est passé normalement et l'équipage se porte bien», a précisé la Nasa sur son site.

Photo SHAMIL ZHUMATOV, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Un vaisseau spatial russe Soyouz, avec à son bord la première femme italienne de l'histoire, s'est amarré sans encombre lundi à la Station spatiale internationale (ISS), a annoncé la Nasa.

Le vaisseau, qui s'est amarré à l'ISS à 21h49 (heure de Montréal), transportait en plus de Samantha Cristoforetti un cosmonaute Russe, Anton Chkaplerov, et un astronaute américain, Terry Virts.

Il avait quitté les steppes kazakhes de Baïkonour dimanche à 16h01 (heure de Montréal).

«Un nouveau vaisseau est arrivé. Il est confirmé que le Soyouz est correctement arrimé» à la Station, au-dessus de l'océan Pacifique, a ajouté la télévision de la Nasa.

À 37 ans, l'astronaute Samantha Cristoforetti, de l'Agence spatiale européenne, est la première femme italienne à se rendre dans l'espace.

Les trois nouveaux arrivants vivront à bord de l'ISS jusqu'à la mi-mai 2015.

Ils y rejoindront les trois autres astronautes déjà sur place, l'Américain Barry Wilmore et les Russes Alexandre Samokoutiaïev et Elena Serova, qui eux, reviendront en mars sur Terre.

Leur voyage sera placé sous le signe d'un renouveau gastronomique dans la Station spatiale internationale: les spationautes emmènent dans leurs bagages près d'un demi-kilo de caviar, a indiqué à l'agence de presse russe TASS Alexandre Agoureïev, l'un des responsables de l'ISS.

«Il y aura dans le Soyouz 15 boîtes de 30 grammes de caviar, mais aussi des pommes, des oranges, des citrons, des tomates et 140 portions de lait lyophilisé et du thé noir sans sucre», a-t-il expliqué, précisant qu'il s'agit des souhaits des spationautes pour leur repas du Nouvel An.

L'astronaute italienne Samantha Cristoforetti emmène aussi avec elle l'«ISSpresso», une machine à café d'une vingtaine de kilos, dont les créateurs ont dû notamment composer avec les principes de physique et de mécanique des fluides, très différents dans l'espace et sur Terre.

Au total, seize pays participent à l'ISS, dont la Russie et les États-Unis, qui en financent la plus grande partie. Un équipage de six astronautes occupe en permanence la structure avec des rotations allant jusqu'à six mois.

Mis en orbite en 1998, cet avant-poste et laboratoire orbital dont la construction a coûté au total cent milliards de dollars, a vu sa durée de vie prolongée de quatre ans en janvier par la Nasa, soit jusqu'à 2024.

La Nasa dépend entièrement de la Russie pour envoyer ses astronautes à l'ISS, à 70 millions de dollars le siège dans les fusées Soyouz.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer