Philae s'est posé sur la comète Tchouri

Tout de suite après la séparation, qui a... (PHOTO ASSOCIATED PRESS/ESA)

Agrandir

Tout de suite après la séparation, qui a eu lieu à 20 kilomètres de la surface de la comète, Philae devait prendre des images de Rosetta.

PHOTO ASSOCIATED PRESS/ESA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Véronique MARTINACHE, Pascale MOLLARD-CHENEBENOIT
Agence France-Presse
DARMSTADT et Paris

Mission accomplie: pour la première fois dans l'histoire de l'Humanité, l'Europe a posé en douceur mercredi un petit robot, Philae, à la surface d'une comète, couronnement d'une aventure spatiale entamée il y a vingt ans.

Une image de Philae prise par la sonde... (PHOTO D'ARCHIVES) - image 1.0

Agrandir

Une image de Philae prise par la sonde Rosetta lors de sa descente vers la comète.

PHOTO D'ARCHIVES

Les scientifiques ont applaudi l'atterrissage réussi de Philae.... (PHOTO REMY GABALDA, AGENCE FRANCE-PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Les scientifiques ont applaudi l'atterrissage réussi de Philae.

PHOTO REMY GABALDA, AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous sommes sur la comète, nous sommes très heureux», a déclaré Andrea Accomazzo, directeur de vol de la mission Rosetta au Centre européen d'opérations spatiales (ESOC) à Darmstadt (Allemagne), sous des applaudissements nourris.

Après une attente angoissante de sept heures pendant lesquelles Philae est descendu en chute libre vers sa cible, l'atterrissage du robot s'est fait «en douceur», selon l'ESA.

Le signal confirmant l'atterrissage est arrivé sur Terre à 11h03.

«C'est un grand pas pour la civilisation humaine», a commenté Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'ESA. «Nous sommes les premiers à l'avoir fait et c'est cela qui restera pour toujours», a-t-il ajouté, manifestement soulagé après 24 heures sous haute tension dans les différents centres de contrôle de l'ESA.

Le robot pourrait cependant ne pas être correctement arrimé sur le sol de la comète, ses harpons n'ayant peut-être pas correctement fonctionné, a indiqué mercredi l'ESA, quelque temps après l'annonce de son atterrissage.

«Nous avons des indications que les harpons pourraient ne pas s'être activés, ce qui voudrait dire que nous sommes posés sur un matériau meuble et que nous ne sommes pas arrimés», a déclaré Stephan Ulamec, responsable de l'atterrisseur Philae. «Nous devons analyser la situation», a-t-il ajouté.

En apprendre plus sur la Terre

Cette prouesse technique s'est jouée à plus de 500 millions de kilomètres de la terre.

La mission du robot laboratoire est de faire des prélèvements qui donneront des informations sur les origines du système solaire, voire sur l'apparition de l'eau et de la vie sur Terre.

Largué en début de matinée par Rosetta avec laquelle il avait voyagé pendant dix ans, le petit robot aventurier était à l'heure pour son rendez-vous sur le noyau de la comète Tchourioumov-Guérassimenko.

Comme prévu, il a touché le sol cométaire -ce qu'aucun engin de fabrication humaine n'avait encore jamais fait- sur le site d'Agilkia, choisi comme celui présentant le meilleur compromis technique et scientifique.

Cette arrivée en territoire inconnu n'est pas sans rappeler les premières explorations du sol martien.

Klim Tchourioumov, codécouvreur de la comète en 1969, était venu en personne à l'ESOC pour assister en direct à l'évènement. L'autre découvreuse, Svetlana Guérassimenko, a fait le déplacement jusqu'à Cologne, au siège de l'agence spatiale allemande.

Le graal des astrophysiciens 

Philae s'est posé à la vitesse d'un marcheur (3,5 km/h)... mais sur une comète qui file à 18 km/seconde.

Pendant sa longue descente, Philae n'est pas resté désoeuvré: il a d'abord pris des images de sa fidèle complice, Rosetta, qui l'a transporté pendant plus de dix ans de voyage interplanétaire. Il a aussi pris des images à l'arrivée, du site d'atterrissage sur la comète.

Plusieurs autres de ses instruments ont été mis en action pendant la descente.

Mais c'est surtout les 60 heures qui viennent, pendant lesquelles Philae va fonctionner sur sa pile, qui vont être décisives pour la science.

Car outre l'exploit technique, Philae a la mission de trouver sur le noyau de la comète le graal des astrophysiciens: des molécules organiques qui ont pu jouer un rôle dans l'apparition de la vie sur Terre, les comètes étant les objets les plus primitifs du système solaire.

«On s'est fixé comme objectif que dans les 60 heures, chaque instrument puisse travailler au moins une fois au maximum de ses possibilités», a déclaré Jean-Pierre Bibring, responsable scientifique de l'atterrisseur.

Après, la ressource en énergie de Philae sera plus aléatoire: il devra compter sur un système secondaire de batterie, rechargeable par de petits panneaux solaires.

Si tout va bien, il doit fonctionner jusqu'en mars. Au-delà, il est condamné à mourir de chaud, car il n'est pas conçu pour supporter la montée en température lorsque la comète se rapprochera du Soleil.

Mais Rosetta, qui a déjà parcouru 6,5 milliards de km et a été la première sonde à se mettre en orbite autour d'une comète, poursuivra sa mission d'escorte au moins jusqu'au 13 août prochain, date à laquelle Tchouri passera près de l'astre, et même au-delà. Sa mission est prévue jusqu'à la fin décembre 2015.

«80% de la science est faite par Rosetta, mais, d'un autre côté, Philae va donner des informations sur la comète qu'on ne pourra pas avoir avec Rosetta», a souligné M. Dordain.

D'un coût total de 1,3 milliard d'euros, le prix de trois Airbus 380, la mission Rosetta a mobilisé environ 2000 personnes depuis 20 ans. Plus de 50 entreprises de 14 pays européens et des États-Unis ont participé à la réalisation de la sonde.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer