Le Japon dévoile une nouvelle sonde spatiale pour explorer un astéroïde

Hayabusa-2 est censée atteindre sa cible, l'astéroïde «1999... (Photo JIJI PRESS, AFP)

Agrandir

Hayabusa-2 est censée atteindre sa cible, l'astéroïde «1999 JU3», d'ici à mi-2018 et en repartir fin 2019, pour un retour sur notre planète un an plus tard, si tout va bien.

Photo JIJI PRESS, AFP

Agence France-Presse
TOKYO

L'Agence d'exploration spatiale japonaise (Jaxa) a présenté à la presse une nouvelle sonde, Hayabusa-2, espérant rééditer le succès épique de son aînée qui avait réussi à rapporter des poussières d'astéroïde après une odyssée de sept ans.

L'Agence d'exploration spatiale japonaise (Jaxa) a présenté à... (Photo JIJI PRESS, AFP) - image 1.0

Agrandir

Photo JIJI PRESS, AFP

«La nouvelle sonde est bientôt terminée», s'est félicité le chef du projet Hitoshi Kuninaka, cité par l'agence Jiji, assurant que la Jaxa allait redoubler d'efforts «pour un nouveau voyage».

Le lancement depuis la base de Tanegashima au sud du Japon est prévu aux environs de décembre.

Hayabusa-2 est censée atteindre sa cible, l'astéroïde «1999 JU3», d'ici à mi-2018 et en repartir fin 2019, pour un retour sur notre planète un an plus tard, si tout va bien. À la différence d'Itokawa, astéroïde précédemment exploré par la première sonde Hayabusa, cette petite sphère rocheuse contient du carbone et de l'eau.

Hayabusa-2 sera équipée cette fois d'une sorte de canon spatial. Lorsqu'elle aura atteint l'orbite souhaitée de «1999 JU3», elle lâchera cet engin puis se mettra à l'abri de l'autre côté de l'astéroïde.

Le canon explosera alors et propulsera une boule en métal sur l'astéroïde, pour y creuser un cratère de plusieurs mètres de diamètre. Ceci fait, la sonde se posera au-dessus du trou et prélèvera des échantillons en sous-sol.

Les scientifiques de la Jaxa estiment que le sous-sol de l'astéroïde est plus intéressant à analyser que sa surface, dont les matières sont abîmées par l'exposition permanente aux rayons cosmiques.

Hayabusa-2 succède à la première du nom, lancée en mai 2003 et qui avait recueilli des échantillons de l'astéroïde Itokawa à 290 millions de kilomètres de la Terre en septembre 2005.

Mais des difficultés de télécommunications avec la sonde, des avaries avec les moteurs, les batteries et d'autres équipements avaient ensuite forcé les techniciens à imaginer d'incroyables astuces pour reprendre son contrôle et la faire revenir, avec trois ans de retard.

Le voyage se transforma en un interminable périple de sept ans et plusieurs milliards de kilomètres. Et Hayabusa devint ainsi pour les Nippons le symbole de la persévérance japonaise.

D'après la Jaxa, la compréhension des matériaux des corps célestes pourrait permettre de mieux expliquer les conditions de formation de la Terre et de l'apparition de la vie.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer