Pluie de météores peut-être exceptionnelle tôt samedi

Un météore traversant le ciel.... (Photo archives AFP)

Agrandir

Un météore traversant le ciel.

Photo archives AFP

Jean-Louis SANTINI
Agence France-Presse
Washington

Une pluie de météores d'une intensité exceptionnelle pourrait se produire dans la nuit de vendredi à samedi, mais elle ne sera cependant visible qu'en Amérique du Nord.

Ce spectacle d'étoiles filantes aura lieu quand la Terre traversera pour la première fois dans la nuit du 23 au 24 mai un essaim de débris provenant de la comète 209P/LINEAR, découverte en février 2004 et qui orbite autour du soleil en cinq ans.

«Pour le moment personne ne sait exactement ce qui va se passer car ce sera la première fois que la Terre traversera ce nuage de matériaux provenant de cette comète», explique à l'AFP Bill Cooke, directeur du bureau chargé de l'étude des météores à la Nasa.

«En fait, c'est la gravité de Jupiter qui a amené cette traînée de débris dans l'orbite de la Terre et ce sera donc la première fois que l'humanité pourra voir des fragments de cette comète bruler dans l'atmosphère», poursuit-il.

Mais, ajoute l'astronome, «nous ne savons pas si ce sera un grand spectacle car la comète ne produit pas beaucoup de débris actuellement et il n'y a pas moyen de savoir ce qu'elle produisait il y a deux ou trois cents ans».

«Si cette comète a alors largué beaucoup de fragments, on pourrait avoir droit à un très bon spectacle avec 200 météores en une heure. Si au contraire il y a peu de matériaux, il ne se passera alors pratiquement rien», dit le scientifique, précisant que le meilleur moment d'observation sera de 02H00 à 04h00 samedi 24 mai.

- 100 à 150 météores par heure -

Selon le scénario le plus favorable, cette pluie d'étoiles filantes pourrait être aussi spectaculaires que celle du début du mois d'août chaque année, lors du passage des Perséides, pour lesquelles de 100 à 150 météores sont observables en une heure. Les perséides proviennent du passage de la comète Swift-Tuttle près du Soleil.

L'essaim de météores dans la nuit de vendredi à samedi rattrapera la Terre par derrière et en biais, ce qui fait que la vitesse d'entrée dans l'atmosphère sera moins grande que pour la plupart des pluies annuelles d'étoiles filantes, relèvent d'autres astronomes.

Cette pluie d'étoiles filantes est baptisée «les Camélopardalides» de mai, du nom latin de la constellation de la Girafe, «Camelopardalis» où se situe son radiant, c'est à dire le point dans le ciel d'où paraissent émerger les météores du fait d'un effet de perspective.

Cette constellation se trouve près du pôle céleste Nord, entre Cassiopée et la Grande Ourse.

La Comète 209P/LINEAR est relativement peu brillante et de petite taille, avec un diamètre de probablement 600 mètres environ alors qu'un grand nombre de ces corps célestes font des dizaines de kilomètres de diamètre.

La comète s'approchera au plus près le 29 mai, à 8,3 millions de kilomètres de la Terre.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer