Une fusée Ariane a décollé vers la SSI

C'est la version la plus lourde du lanceur Ariane qui... (Photo Agence France-Presse)

Agrandir

C'est la version la plus lourde du lanceur Ariane qui a été tirée depuis le Centre spatial guyanais pour propulser dans l'espace les 20,2 tonnes de l'ATV-4, la charge la plus lourde jamais envoyée par l'Europe dans l'espace.

Photo Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kourou

Une fusée Ariane 5 a décollé mercredi à 17h52 (heure de l'Est) de Kourou avec à son bord le quatrième cargo automatique européen, l'ATV Albert Einstein, qui doit ravitailler la Station spatiale internationale (ISS), a constaté une journaliste de l'AFP.

C'est la version la plus lourde du lanceur Ariane qui a été tirée depuis le Centre spatial guyanais pour propulser dans l'espace les 20,2 tonnes de l'ATV-4, la charge la plus lourde jamais envoyée par l'Europe dans l'espace.

Plus grand qu'un autobus à impériale, le cargo de l'espace renferme 6,6 tonnes de fret (nourriture, eau, carburant et matériel divers) destiné aux six astronautes à bord de la station, habitée en permanence depuis 2000 à environ 400 km d'altitude.

Les occupants actuels de l'ISS sont les Russes Pavel Vinogradov, Alexandre Missourkine et Fedor Iourtchikhine, les Américains Chris Cassidy et Karen Nyberg et l'Italien Luca Parmitano.

Une heure environ après le 213e tir d'Ariane, l'ATV doit se séparer de la fusée pour venir se placer sur une orbite à 260 km, à une vitesse d'environ 7600 mètres par seconde.

Suivi en permanence au sol par des équipes de l'Agence spatiale européenne (ESA) et du Centre national d'études spatiales (CNES) français depuis son centre de contrôle de Toulouse, le vaisseau construit par Astrium, un cylindre de 10 mètres de long pour 4,5 mètres de diamètre, déploiera alors ses panneaux solaires pour naviguer de manière autonome vers l'ISS.

Le rendez-vous avec la station est fixé dix jours plus tard, le 15 juin. Sur les 250 derniers mètres, le cargo sera guidé par un système de rendez-vous spatial automatique. Malgré sa masse imposante, il pourra manoeuvrer et s'amarrer automatiquement au port du module russe Zvezda en trois heures et demie, avec une précision d'environ 6 centimètres.

L'ATV deviendra alors partie intégrante de l'ISS et l'équipage pourra prendre livraison de sa cargaison: 860 kg de carburant, 565 litres d'eau potable et 100 kg d'oxygène, ainsi que 2,6 tonnes de matériel divers et de colis et courriers envoyés par les familles des spationautes.

Pendant la durée de sa mission - son désamarrage est prévu le 11 octobre -, il constitue un module additionnel pour les cosmonautes à bord de l'ISS.

Outre ses fonctions de ravitailleur, l'ATV fait aussi office de remorqueur spatial pour rehausser régulièrement l'orbite de la Station, qui autrement finirait par retomber sur Terre.

À la fin de sa mission, le cargo sera rempli de tous les déchets non dangereux produits à bord. Il se séparera de l'ISS et plongera vers l'atmosphère terrestre où il se consumera avec tout ce qu'il transporte.

Un ATV ravitaille l'ISS régulièrement depuis 2008 : Jules Verne en 2008, Johannes Kepler en 2010, Edoardo Amaldi en 2012. Le lancement du cinquième et dernier véhicule, Georges Lemaître, est prévu mi-2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer