Lancement réussi du satellite Pléiades 1B par une fusée Soyouz

Pléiades 1B... (PHOTO JODY AMIET, AFP)

Agrandir

Pléiades 1B

PHOTO JODY AMIET, AFP

Partager

Agence France-Presse
Paris

Un satellite civil et militaire européen d'observation de la Terre, Pléiades 1B, a été placé en orbite avec succès samedi soir par une fusée Soyouz ayant décollé du Centre spatial guyanais (CSG), a annoncé la société Arianespace.

Initialement prévu vendredi soir, ce quatrième tir de la mythique fusée russe depuis son arrivée en Guyane française avait été reporté de 24 heures «à la suite d'une anomalie» qui avait interrompu le compte à rebours.

Il a finalement débuté samedi à 23h02 locale et a placé, 55 minutes plus tard, Pléiades 1B sur une orbite circulaire à quelque 700 km d'altitude.

Le satellite, d'une masse au décollage d'un peu moins d'une tonne, y a rejoint son jumeau, Pléiades 1A, lancé par un autre Soyouz depuis près d'un an.

C'est l'agence spatiale française, le CNES, qui a confié à la société Astrium, filiale espace d'EADS, la construction des deux satellites d'observation de la Terre de très haute résolution, dont les instruments ont été conçus par Thales Alenia Space.

Le positionnement des deux Pléiades à 180 degrés sur la même orbite permettra «une revisite quotidienne de tout point du globe», explique Astrium.

«Les zones de conflit, de crise ou de catastrophe naturelle seront visibles en quelques heures» ce qui permettra de planifier des opérations d'évacuation ou de secours, ajoute la société.

La revisite quotidienne offre en outre la possibilité de suivre l'activité de sites précis - industriels, militaires ou même navire victime de piraterie - et de cartographier de vastes étendues avec plus de chances de produire des images sans nuages.

La constellation Pléiades fournira des images sur 20 km de large aux ministères français et espagnol de la Défense, aux institutionnels civils et aux utilisateurs privés.

Le ministère de la Défense française, représenté au CSG par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, venu assister au tir de Soyouz, est un utilisateur privilégié des satellites, avec un droit de programmation prioritaire d'environ 50 images par jour. La société Astrium est le distributeur exclusif des produits issus de Pléiades sur le marché civil, précise Arianespace.

«En plus de leur grande précision, les satellites Pléiades se démarquent par leur remarquable agilité, autorisant des prises de vue autour de leur position dans différents modes (20 images sur un million de km2, mosaïque, corridor ou même 3D), indique Astrium.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer