• Accueil > 
  • Sciences 
  • > Après le Nobel de physique, Arthur McDonald reçoit un autre prix 

Après le Nobel de physique, Arthur McDonald reçoit un autre prix

Arthur McDonald, professeur émérite à l'Université Queen's, est le... (La Presse Canadienne, Fred Chartrand)

Agrandir

Arthur McDonald, professeur émérite à l'Université Queen's, est le corécipiendaire du prix Nobel de physique 2015 pour ses travaux sur les neutrinos.

La Presse Canadienne, Fred Chartrand

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

(San Francisco) Le Canadien, qui a reçu il y a quelques semaines le prix Nobel de physique, Arthur McDonald, a remporté lundi un autre prestigieux prix scientifique: le Prix de la percée en physique fondamentale (Breakthrough Prize in Fundamental Physics).

La récompense de 3 millions qui accompagne le prix sera divisée entre les cinq lauréats de la distinction.

M. McDonald, qui est le directeur de l'Observatoire de neutrinos de Sudbury en Ontario, a été récompensé pour ses travaux sur de minuscules particules appelées «neutrinos». Il a reçu le Nobel, conjointement avec le scientifique japonais Takaaki Kajita, pour cette même percée.

M. McDonald et son équipe ont découvert les oscillations des neutrinos et ont prouvé que ces particules pouvaient changer d'identité et qu'elles avaient donc une masse.

Le Prix de la percée en physique fondamentale a été créé par le physicien russe et entrepreneur Yuri Milner et souligne les contributions majeures à la connaissance humaine.

Peu après avoir reçu le prix Nobel au mois d'octobre, M. McDonald avait confié que son équipe et lui avaient travaillé d'arrache-pied et avaient bénéficié de la «collaboration très amicale existant entre les scientifiques du Canada, des États-Unis, de la Grande-Bretagne et du Portugal».

M. McDonald a raconté que ses collaborateurs et lui-même avaient eu une véritable révélation lorsqu'ils avaient constaté que les neutrinos étaient capables de passer d'un type à l'autre en voyageant depuis le Soleil jusqu'à la Terre.

«Les neutrinos font partie des particules élémentaires que nous ne sommes pas en mesure de subdiviser davantage. Par conséquent, leur position dans les modèles en physique au niveau le plus fondamental est très importante, a-t-il expliqué. Lorsqu'on ne sait pas s'ils ont une masse ou non, c'est difficile de déterminer comment les intégrer aux théories permettant de mieux comprendre le monde de la physique. Découvrir cette propriété nous a énormément aidés sur ce plan.»

Âgé de 72 ans, M. McDonald est né à Sydney, en Nouvelle-Écosse, et a étudié à l'Université Dalhousie, à Halifax, dans les années 1960 puis à l'Institut de technologie de la Californie. Il a été fait officier de l'Ordre du Canada en 2006.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer