Des érablières moins bucoliques

La production de sirop d'érable perdra son aspect... (Photo: Ninon Pednault, La Presse)

Agrandir

La production de sirop d'érable perdra son aspect bucolique si les recherches de l'Université du Vermont s'avèrent. Les acériculteurs récolteraient la sève d'arbres ayant deux ou trois centimètres de diamètre, qui seraient coupés à une hauteur de 1,5 m chaque année.

Photo: Ninon Pednault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des chercheurs de l'Université du Vermont testent une nouvelle technologie qui permettrait de produire plus de sirop d'érable sur des superficies très réduites. Le hic, c'est que cette innovation rendrait les érablières beaucoup moins bucoliques: au lieu de récolter la sève sur des arbres matures, les acériculteurs la prendraient d'arbres ayant deux ou trois centimètres de diamètre, qui seraient coupés à une hauteur de 1,5 m chaque année et plantés à 60-70 cm l'un de l'autre.

«Nous avons découvert cette possibilité par accident, il y a cinq ans, explique Timothy Perkins, biologiste à l'Université du Vermont. Nous voulions voir quelle proportion de la sève qui est aspirée dans les tuyaux provient des racines et de la tête de l'arbre. Nous avons été surpris de voir que c'était essentiellement des racines. Nous nous sommes demandé s'il n'y aurait pas moyen d'exploiter cette nouvelle connaissance. Et nous avons constaté qu'il est possible de décupler la quantité de sève récoltée par hectare, parce que les arbres sont beaucoup plus proches les uns des autres.»

L'équipe de M. Perkins en est à sa cinquième saison de tests et jusqu'à maintenant, ils sont prometteurs. «Nous allons cette année nous pencher sur la question du matériel nécessaire. Il faut des capuchons hermétiques pour la tête coupée de l'arbrisseau et une modification des systèmes de tubes. Avant que la technologie s'implante, le matériel pourrait coûter cher. Il faut éviter que ça ne la tue dans l'oeuf. Il faut aussi ajuster la distance et la taille idéales des arbres. Je pense que nous pouvons raisonnablement espérer un début commercial pour 2016.»

Les chercheurs de l'Université du Vermont ont présenté leurs recherches au dernier congrès annuel du Conseil nord-américain du sirop d'érable, en octobre dernier au Nouveau-Brunswick. Des délégués de la Fédération des producteurs acéricoles du Québec y étaient.

«Il reste beaucoup de questions avant de voir cette nouvelle technique sur le marché, estime Caroline Cyr, directrice des communications de la Fédération. Il y a le coût, mais aussi la qualité de l'eau d'érable ou du sirop. Il faut qu'il y ait les mêmes propriétés naturelles, les vitamines, les minéraux. Voir le nombre de saisons où une pousse d'érable pourrait être en production. Et on se demande comment le sucre peut être fabriqué si l'arbre n'a pas de feuilles. Sans feuilles, il n'y a pas de photosynthèse et, normalement, pas de sucre.»

Timothy Perkins indique que la qualité de la sève semble identique et que les arbrisseaux sont assez gros pour acquérir un petit feuillage l'été suivant la récolte.

Pascal Thériault, économiste spécialiste de l'agriculture à l'Université McGill, ajoute un autre bémol: le sirop sera-t-il assez foncé? «Le sirop foncé, le plus populaire, est fait à partir de la sève récoltée à la fin de la saison», dit M. Thériault.

Yves Bois, directeur du Centre de recherche, de développement et de transfert technologique acéricole (ACER) en Beauce, le plus important au monde, s'inquiète lui aussi de la saveur, un souci particulièrement québécois. «Nous sommes les seuls au monde à faire un classement des sirops, dit M. Bois. On a des équipes volantes qui vont faire les classements. Il faut aussi préserver l'image naturelle du sirop d'érable.»

Michael Farrell, directeur du programme de recherche sur l'érable de l'Université Cornell, est également attentiste: «Il faudra vraiment que les économies sur le terrain soient substantielles.» Caroline Cyr ajoute qu'il y a assez d'érables au Québec pour doubler à 80 millions le nombre d'entailles et qu'un potentiel de 100 millions d'entailles supplémentaires existe aux États-Unis.

Justement, depuis l'an 2000, les États-Unis ont augmenté de 12,% à 21,3% leur proportion de la production mondiale de sirop, alors que celle du Québec a chuté de 81,3% à 71,3%. «S'il y a une augmentation importante de la production, ça pourrait être plus facile aux États-Unis, avance Pascal Thériault. Au Québec, à cause de la gestion de l'offre, c'est parfois plus difficile pour les gros producteurs d'augmenter la production.»

Il ne faut pas non plus négliger la perte de l'aspect bucolique du sirop d'érable. «Le sirop est l'un des rares produits agricoles, et peut-être même le seul, qui implique uniquement des entreprises familiales», explique Douglas Whynott, qui vient de publier le livre The Sugar Season, un essai de «journalisme d'immersion» décrivant de A à Z le monde des érablières. «C'est essentiellement un monde où les frères, les cousins, les oncles et tantes travaillent ensemble. Ce n'est presque jamais le seul travail des propriétaires, à part pour les retraités. En quelque sorte, c'est le reflet de l'agriculture d'antan.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer