Des ondes sans fil controversées

L'expérience menée par des élèves danoises a eu... (Photo fournie par Kim Horsevad)

Agrandir

L'expérience menée par des élèves danoises a eu des résultats spectaculaires, contrairement à d'autres études scientifiques sur les effets des ondes sans fil. Les graines de cresson exposées au Wi-Fi (à gauche) ont beaucoup moins poussé que les autres.

Photo fournie par Kim Horsevad

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de quatre milliards de Terriens étaient abonnés à la téléphonie cellulaire en 2012, selon Ericsson. Aux quatre coins du monde, certains ne veulent plus dormir à côté de leur appareil, à la suite d'une expérience controversée menée par... des élèves danoises.

L'histoire de ces jeunes filles de Hjallerup, au nord du Danemark, circule dans les réseaux sociaux, en plus d'avoir été reprise par des médias d'Iran, d'Asie, des États-Unis, etc. Leur projet : évaluer l'impact des ondes. Comme leur école n'avait rien qui permette de mesurer l'effet des cellulaires sur les humains, ces élèves se sont rabattues sur des graines de cresson, deux routeurs et trois ordinateurs. La moitié de leurs graines a été exposée aux ondes émises par ces appareils, l'autre moitié en a été protégée.

«Les résultats sont assez spectaculaires», a indiqué à La Presse Kim Horsevad, professeur de biologie à la Hjallerup Skole, où l'expérience s'est déroulée. Au bout de 12 jours, le taux de germination des graines soumises aux rayonnements micro-ondes pulsés était 24% inférieur à celui du groupe témoin. Si bien que les cinq élèves ont gagné un prix de 1000 couronnes (179$) lors d'une expo-sciences danoise.

«Nous avons pensé au fait que nous avons toutes des problèmes de concentration à l'école après avoir dormi à côté de nos cellulaires, et parfois même du mal à dormir», a expliqué Lea Nielsen, l'une des élèves, au média danois Nyheder. «Au Danemark, cette expérience a soulevé un débat animé sur les impacts potentiellement négatifs sur la santé des téléphones cellulaires et des réseaux sans fil», a dit M. Horsevad.

«Exemple de mauvaise science»

«Conceptuellement, ces élèves ont fait une belle expérience, a commenté Normand Mousseau, professeur de physique à l'Université de Montréal. Mais il faudrait la refaire dans des conditions mieux contrôlées (même lumière, même humidité, même température), si on veut savoir s'il y a vraiment un impact. Or, les expériences qu'il y a eu auparavant avec des plantes n'ont pas montré d'impact.»

«C'est un bon exemple de mauvaise science», a réagi un blogueur hollandais. «J'ai plusieurs plantes à la maison et elles semblent se foutre du wi-fi», a ajouté un internaute sur le site d'ABC News.

«On reçoit des critiques, mais il faut se souvenir qu'il s'agit d'élèves de 9e année (l'équivalent de la 3e année du secondaire), a plaidé M. Horsevad. Les résultats peuvent être interprétés comme étant intéressants ou suscitant la réflexion, mais pas comme des preuves scientifiques.»

Olle Johanssen, professeur de neuroscience suédois, connu pour être un partisan de l'électrosensibilité, souhaiterait reprendre l'étude.

«Cancérogènes possibles »

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) classe les champs électromagnétiques produits par les téléphones cellulaires dans la catégorie des «cancérogènes possibles pour l'homme». Mais elle précise qu' «il n'a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l'origine d'un effet nocif pour la santé».

En fait, les ondes ont surtout un impact sur la santé après le visionnement d'un reportage alarmant, selon une étude rapportée par l'Agence Science-Presse. Des psychologues britanniques ont demandé à des gens de tester un nouveau type d'antenne installée sur un bandeau de tête, qui en vérité n'émettait ni ne captait rien. La moitié de la cohorte a d'abord vu un reportage portant sur les dangers des ondes, l'autre pas.

Après 15 minutes à porter la pseudo-antenne, 87 des 147 testeurs ont déclaré ressentir des malaises divers. Parmi eux, ceux qui avaient vu le reportage n'étaient pas plus nombreux à ressentir ses mauvais effets, mais ils rapportaient des symptômes plus nombreux.

________________________________________________

Densité de puissance d'émission d'appareils électriques courants

>Radio FM/télévision : 0,05 à 10 mW/m2

>Routeur sans fil à 91 cm de distance : 2 à 10 mW/m2

>Compteur intelligent à 91 cm, à 50 % : 200 mW/m2

>Compteur intelligent à 30 cm, à 50 % : 2000 mW/m2

>Four micro-ondes à 30 cm : 2000 à 8000 mW/m2

>Téléphone cellulaire sur l'oreille : 10 000 à 50 000 mW/m2

Sources : Report on Health Impacts of Radio Frequency Exposure from Smart Meters, California Council on Science and Technology, 2011, et Université de Montréal, 2012.

________________________________________________

Parle, parle, jase, jase

>6,2 milliards: nombre d'abonnements au téléphone cellulaire dans le monde.

>4,2 milliards: nombre de personnes qui détiennent un téléphone cellulaire (certains en ont plus d'un).

Source: Ericsson, juin 2012

________________________________________________

Taux de pénétration du cellulaire

>Europe de l'Ouest 131%

>Europe centrale et de l'Est 125%

>Amérique latine 109%

>Moyen-Orient 101%

>Amérique du Nord 93%

>Asie-Pacifique, sans la Chine et l'Inde 91%

>Chine 75%

>Inde 73%

>Afrique 63%

Source: Ericsson, juin 2012

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer