Québec

Mont D'Iberville, le sommet du Québec J'aime (3 votes)

La planète compte un grand nombre de sommets plus élevés. Or, dans un coin de pays où les rigueurs du climat sont déjà remarquables au niveau de la mer, l'ascension des 1646 mètres du mont D'Iberville s'avère aussi éprouvante qu'enthousiasmante.

Partage

Partager par courriel
  • Aux confins du Nunavik et du Labrador, trône le plus haut sommet du Québec, le mont D?Iberville et ses 1646 mètres d?altitude. Couverts de neige la majeure partie de l?année, ses flancs escarpés sont vertigineux et son ascension représente un véritable défi, même pour les alpinistes aguerris. | 16 septembre 2013

    Photo Marie Tison, La Presse 

    Aux confins du Nunavik et du Labrador, trône le plus haut sommet du Québec, le mont D'Iberville et ses 1646 mètres d'altitude. Couverts de neige la majeure partie de l'année, ses flancs escarpés sont vertigineux et son ascension représente un véritable défi, même pour les alpinistes aguerris. 

  • Un site de camping balayé par les vents offre une vue extraordinaire sur la vallée de la rivière Koroc. | 16 septembre 2013

    Photo Marie Tison, La Presse 

    Un site de camping balayé par les vents offre une vue extraordinaire sur la vallée de la rivière Koroc. 

  • Du côté du Labrador, un précipice. Du côté du Québec, un autre précipice. Bjarne Baek, le guide, négocie l?étroite arête entre les deux. | 16 septembre 2013

    Photo Marie Tison, La Presse 

    Du côté du Labrador, un précipice. Du côté du Québec, un autre précipice. Bjarne Baek, le guide, négocie l'étroite arête entre les deux. 

  • Fin de journée réconfortante au camp de base du mont D?Iberville. Les deux petits barils jaunes permettent de protéger la nourriture contre la gourmandise des ours. | 16 septembre 2013

    Photo Marie Tison, La Presse 

    Fin de journée réconfortante au camp de base du mont D'Iberville. Les deux petits barils jaunes permettent de protéger la nourriture contre la gourmandise des ours. 

  • Un inukshuk monte la garde devant la vallée de la rivière Koroc. | 16 septembre 2013

    Photo Marie Tison, La Presse 

    Un inukshuk monte la garde devant la vallée de la rivière Koroc.