Maison

Le fer forgé: un savoir-faire millénaire J'aime (7 votes)

La formule n'a pas changé depuis des millénaires: on forge avec un marteau, une enclume, un bras musclé... ainsi qu'un fourneau capable de porter le métal au rouge, jusqu'à 1000 °C et au-delà. Depuis les perles de fer des anciens Égyptiens jusqu'aux grilles des cathédrales et à nos pergolas contemporaines.

Partage

Partager par courriel
  • Une pergola délimite l'espace cuisine. sur la terrasse d'un appartement terrasse du Quartier des spectacles. | 28 mars 2013

    Photo Alain Roberge, La Presse 

    Une pergola délimite l'espace cuisine. sur la terrasse d'un appartement terrasse du Quartier des spectacles. 

  • La structure de fer est juste assez large, 18 pouces, pour qu'on y reçoive debout la sérénade, comme Juliette, à son balcon, écoutait Roméo. | 28 mars 2013

    Photo Bernard Brault, La Presse 

    La structure de fer est juste assez large, 18 pouces, pour qu'on y reçoive debout la sérénade, comme Juliette, à son balcon, écoutait Roméo. 

  • Luc Lapointe roule le fer à chaud, dans son atelier Forges urbaines. | 28 mars 2013

    Photo David Boily, La Presse 

    Luc Lapointe roule le fer à chaud, dans son atelier Forges urbaines. 

  • Luc Lapointe, dans son atelier Forges urbaines, travaille sur un garde corps pour un client qui aime les araignées. | 28 mars 2013

    Photo David Boily, La Presse 

    Luc Lapointe, dans son atelier Forges urbaines, travaille sur un garde corps pour un client qui aime les araignées. 

  • Un garde corps pour un client de Luc Lapointe, de Forges urbaines, qui aime les araignées. | 28 mars 2013

    Photo David Boily, La Presse 

    Un garde corps pour un client de Luc Lapointe, de Forges urbaines, qui aime les araignées. 

  • Une rampe d'escalier dans l'atelier de Luc Lapointe. | 28 mars 2013

    Photo David Boily, La Presse 

    Une rampe d'escalier dans l'atelier de Luc Lapointe. 

  • Patrice Génier, artiste forgeron, dans sa boutique de Joliette. | 28 mars 2013

    Photo Ivanoh Demers, La Presse 

    Patrice Génier, artiste forgeron, dans sa boutique de Joliette. 

  • Cette porte d'entrée, à Lorraine, présente un «modle classique de la ferronnerie d'art français», affirme l'artisan Patrice Génier. Les volutes à noyau sont forgés à la main. Un cadre martelé tient la grille, les petites boules sont assemblées par soudure et les rosettes, forgées en atelier. Les feuilles sont préfabriquées. Les quatre macarons des coins sont en bronze (coulés, préfabriqués). | 28 mars 2013

    Photo Robert Skinner, La Presse 

    Cette porte d'entrée, à Lorraine, présente un «modle classique de la ferronnerie d'art français», affirme l'artisan Patrice Génier. Les volutes à noyau sont forgés à la main. Un cadre martelé tient la grille, les petites boules sont assemblées par soudure et les rosettes, forgées en atelier. Les feuilles sont préfabriquées. Les quatre macarons des coins sont en bronze (coulés, préfabriqués). 

  • Un départ en serpentin sur le premier poteau, suivi de sept rampes cintrées qui suivent le limon de bois. «Cet escalier aux lignes contemporaines a demandé beaucoup d'heures de travail sur le chantier», relate l'artisan Patrice Génier. | 28 mars 2013

    Photo fournie par Patrice Génier 

    Un départ en serpentin sur le premier poteau, suivi de sept rampes cintrées qui suivent le limon de bois. «Cet escalier aux lignes contemporaines a demandé beaucoup d'heures de travail sur le chantier», relate l'artisan Patrice Génier. 

  • Insertion dun dessin découpé au laser dans un cadre de fer forgé, une création de Patrice Génier. | 28 mars 2013

    Photo fournie par Patrice Génier 

    Insertion dun dessin découpé au laser dans un cadre de fer forgé, une création de Patrice Génier. 

  • Détail d'un portail. La pointe est forgée et les deux feuilles, de chaque coté, sont achetées préfabriquées, puis soudées et peintes. «Ça ne vaut pas la peine de les forger, ça ferait trop monter la facture», assure M. Génier. | 28 mars 2013

    Photo Robert Skinner, La Presse 

    Détail d'un portail. La pointe est forgée et les deux feuilles, de chaque coté, sont achetées préfabriquées, puis soudées et peintes. «Ça ne vaut pas la peine de les forger, ça ferait trop monter la facture», assure M. Génier. 

  • Dans la boutique de Patrice Génier. | 28 mars 2013

    Photo Ivanoh Demers, La Presse 

    Dans la boutique de Patrice Génier. 

  • Dans la boutique de Patrice Génier. | 28 mars 2013

    Photo Ivanoh Demers, La Presse 

    Dans la boutique de Patrice Génier. 

  •  | 28 mars 2013

     

     

  •  | 28 mars 2013

    Photo Ivanoh Demers, La Presse