International

Colère, autobus et Coupe du monde J'aime (1 vote)

Descendus dans la rue tout d'abord pour dénoncer une augmentation du prix du billet d'autobus (37 millions de Brésiliens n'ont pas les moyens de s'offrir le transport en commun), les manifestants s'insurgent dorénavant contre les coûts exorbitants (15 milliards de dollars) relatifs à  l'organisation de la Coupe du monde qui se tiendra l'année prochaine en sol brésilien. Depuis plusieurs jours, les manifestations se multiplient, alors que des centaines de milliers de personnes ont pris la rue. En pleine Coupe des Confédérations (sorte de répétition générale pour le Mondial), les Brésiliens sont de plus en plus nombreux à réclamer moins de football et plus de services sociaux.

Partage

Partager par courriel
  • Des manifestations sans précédent ont eu lieu ces derniers jours au Brésil. | 19 juin 2013

    Photo Nelson Antoine, AFP 

    Des manifestations sans précédent ont eu lieu ces derniers jours au Brésil. 

  • Des policiers d'élite brésiliens mettent en joue des membres de la presse alors qu'ils pourchassent des manifestants aux abords du Stade de Fortaleza (ville de la région du Nordeste) où se jouait un match entre le Brésil et le Mexique dans le cadre de la Coupe des Confédérations, le 19 juin. | 19 juin 2013

    PHOTO KAI PFAFFENBACH, REUTERS 

    Des policiers d'élite brésiliens mettent en joue des membres de la presse alors qu'ils pourchassent des manifestants aux abords du Stade de Fortaleza (ville de la région du Nordeste) où se jouait un match entre le Brésil et le Mexique dans le cadre de la Coupe des Confédérations, le 19 juin. 

  • Un manifestant saute par dessus un amas de déchets en feu, lors d'une manifestation à São Paulo, le 18 juin. | 19 juin 2013

    PHOTO VICTOR MORIYAMA, REUTERS 

    Un manifestant saute par dessus un amas de déchets en feu, lors d'une manifestation à São Paulo, le 18 juin. 

  • Un manifestant se prépare pour affronter les forces de l'ordre lors d'une manifestation à São Paulo, le 18 juin. | 19 juin 2013

    PHOTO VICTOR MORIYAMA, REUTERS 

    Un manifestant se prépare pour affronter les forces de l'ordre lors d'une manifestation à São Paulo, le 18 juin. 

  • Alors que les manifestations battent leur plein dans les rues de São Paulo, cet étudiant préfère se consacrer à un petit «barbecue», le 19 juin. | 19 juin 2013

    PHOTO MIGUEL SCHINCARIOL, AFP 

    Alors que les manifestations battent leur plein dans les rues de São Paulo, cet étudiant préfère se consacrer à un petit «barbecue», le 19 juin. 

  • De jeunes surfeurs masqués manifestent à Fortaleza, le 19 juin. Devant les manifestations qui embrasent le Brésil depuis quelques semaines, les médias parlent dorénavant de Printemps tropical. | 19 juin 2013

    PHOTO ANDERLEI ALMEIDA, AFP 

    De jeunes surfeurs masqués manifestent à Fortaleza, le 19 juin. Devant les manifestations qui embrasent le Brésil depuis quelques semaines, les médias parlent dorénavant de Printemps tropical. 

  • Des manifestants défilent derrière une bannière où l'on peut lire en portugais «Pas de violence», lors d'un rassemblement à São Paulo, le 17 juin. | 19 juin 2013

    PHOTO ALEX ALMEIDA, REUTERS 

    Des manifestants défilent derrière une bannière où l'on peut lire en portugais «Pas de violence», lors d'un rassemblement à São Paulo, le 17 juin. 

  • Un travailleur municipal balaie la rue au lendemain de manifestations à Rio de Janeiro, le 18 juin. | 19 juin 2013

    PHOTO NELSON ALMEIDA, AFP 

    Un travailleur municipal balaie la rue au lendemain de manifestations à Rio de Janeiro, le 18 juin. 

  • Un manifestant est campé derrière un drapeau brésilien où l'on peut lire en portugais, le mot ordre, à São Paulo, le 19 juin. | 19 juin 2013

    PHOTO ALEX ALMEIDA, REUTERS 

    Un manifestant est campé derrière un drapeau brésilien où l'on peut lire en portugais, le mot ordre, à São Paulo, le 19 juin.