International

L'Iran: la nuit, le jour J'aime (8 votes)

Ayatollahs enturbannés, slogans antiaméricains, femmes couvertes d'un tchador plus noir que noir: la seule évocation de l'Iran fait naître une nuée d'images dans la tête de la plupart des gens. L'Iran, c'est bien sûr un peu tout ça, mais c'est aussi un des pays les plus jeunes du monde où l'on trouve une vie nocturne surprenante, de la mode, de la culture, de la drogue et des fêtes légendaires. L'Iran, c'est à la fois le jour et la nuit. Dans ce pays de 80 millions d'âmes, aucun endroit ne permet de saisir les contrastes aussi bien que Téhéran, coeur politique et économique de la République islamique. Dans ce dossier, notre journaliste Laura-Julie Perreault, qui a récemment fait sa troisième visite en une décennie dans la métropole iranienne, vous propose une visite guidée, loin des clichés et des affrontements politiques, d'une ville et d'une population méconnues.

Ajouter à Ma Presse
  • Tradition immuable instaurée après la révolution de 1979 qui a renversé le shah d?Iran, la prière du vendredi à l'Université de Téhéran attire toujours les partisans du régime. On y vient pour prier, certes, mais aussi pour connaître le point de vue du gouvernement sur une myriade de questions sociales et politiques. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Tradition immuable instaurée après la révolution de 1979 qui a renversé le shah d?Iran, la prière du vendredi à l'Université de Téhéran attire toujours les partisans du régime. On y vient pour prier, certes, mais aussi pour connaître le point de vue du gouvernement sur une myriade de questions sociales et politiques. 

  • C'est à 9 ans que la plupart des Iraniennes commencent à porter le hijab. Et à l'âge adulte que certaines d?entre elles adoptent le tchador, un grand voile noir qui se porte par-dessus le foulard et une tunique. Mais à la prière du vendredi, cette petite fille fait comme les grandes. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    C'est à 9 ans que la plupart des Iraniennes commencent à porter le hijab. Et à l'âge adulte que certaines d?entre elles adoptent le tchador, un grand voile noir qui se porte par-dessus le foulard et une tunique. Mais à la prière du vendredi, cette petite fille fait comme les grandes. 

  • Au carrefour Al-Nayeb Ali, les commerçants et les paumés - drogués, alcooliques et chômeurs - cohabitent plus ou moins bien. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Au carrefour Al-Nayeb Ali, les commerçants et les paumés - drogués, alcooliques et chômeurs - cohabitent plus ou moins bien. 

  • Membre de Narcotiques anonymes, Hadi Hassan (à droite) tente de venir en aide aux drogués et alcooliques qui sévissent dans le quartier où il travaille. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Membre de Narcotiques anonymes, Hadi Hassan (à droite) tente de venir en aide aux drogués et alcooliques qui sévissent dans le quartier où il travaille. 

  • Tout comme dans plusieurs pays musulmans, les manifestations sont fréquentes à la sortie de la prière du vendredi. Ici, des partisans du régime des ayatollahs dénoncent les Iraniennes qui, selon eux, portent un hidjab non conforme. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Tout comme dans plusieurs pays musulmans, les manifestations sont fréquentes à la sortie de la prière du vendredi. Ici, des partisans du régime des ayatollahs dénoncent les Iraniennes qui, selon eux, portent un hidjab non conforme. 

  • Même si la majorité de la population iranienne a moins de 35 ans, la plupart des fidèles qui participent à la prière du vendredi sont beaucoup plus âgés. Craignant l'image que cela envoie du régime, une section a été réservée aux jeunes à l'avant de l?assemblée, près des caméras de télévision. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Même si la majorité de la population iranienne a moins de 35 ans, la plupart des fidèles qui participent à la prière du vendredi sont beaucoup plus âgés. Craignant l'image que cela envoie du régime, une section a été réservée aux jeunes à l'avant de l?assemblée, près des caméras de télévision. 

  • Soirée de filles sur la terrasse du café végétarien de la Maison des artistes. En plein c?ur de la ville, la Maison des artistes abrite restaurants, galeries d?art, théâtres et magasins d'artisanat. Les lieux sont bondés tous les soirs jusqu'à très tard dans la nuit. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Soirée de filles sur la terrasse du café végétarien de la Maison des artistes. En plein c?ur de la ville, la Maison des artistes abrite restaurants, galeries d?art, théâtres et magasins d'artisanat. Les lieux sont bondés tous les soirs jusqu'à très tard dans la nuit. 

  • Près de l'Université de Téhéran, les magasins de disques restent ouverts tard en soirée. On peut s'y procurer de la pop iranienne. Avec un peu de chance, on peut même mettre la main sur un CD mis à l'index par le régime islamiste. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Près de l'Université de Téhéran, les magasins de disques restent ouverts tard en soirée. On peut s'y procurer de la pop iranienne. Avec un peu de chance, on peut même mettre la main sur un CD mis à l'index par le régime islamiste. 

  • Vieux d'à peine une décennie, le métro a changé la vie des quelque 9 millions de Téhéranais. D?abord vus par plusieurs comme une mesure de ségrégation sexuelle, les wagons réservés aux femmes sont devenus une oasis de paix au milieu du chaos de la ville pour les Téhéranaises. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Vieux d'à peine une décennie, le métro a changé la vie des quelque 9 millions de Téhéranais. D?abord vus par plusieurs comme une mesure de ségrégation sexuelle, les wagons réservés aux femmes sont devenus une oasis de paix au milieu du chaos de la ville pour les Téhéranaises. 

  • Le théâtre municipal présente des pièces de théâtre presque tous les soirs. Après les représentations, des centaines de gens restent sur le parvis pour discuter. Les Iraniens sont des oiseaux de nuit. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Le théâtre municipal présente des pièces de théâtre presque tous les soirs. Après les représentations, des centaines de gens restent sur le parvis pour discuter. Les Iraniens sont des oiseaux de nuit. 

  • Équivalent téhéranais du parc du Mont-Royal, Bam-e-Tehran (ou le toit de Téhéran) est le lieu de rencontre des jeunes. Filles et garçons s'y font les yeux doux entre un cornet de crème glacée et un match de badminton en plein air. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Équivalent téhéranais du parc du Mont-Royal, Bam-e-Tehran (ou le toit de Téhéran) est le lieu de rencontre des jeunes. Filles et garçons s'y font les yeux doux entre un cornet de crème glacée et un match de badminton en plein air. 

  • Situé au nord du centre-ville, le café Vinyl est un des repaires de la jeunesse dorée de Téhéran, qui, malgré les restrictions imposées par le régime, suit les modes et est branché sur le reste du monde, notamment grâce aux médias sociaux. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Situé au nord du centre-ville, le café Vinyl est un des repaires de la jeunesse dorée de Téhéran, qui, malgré les restrictions imposées par le régime, suit les modes et est branché sur le reste du monde, notamment grâce aux médias sociaux. 

  • Elaheh Khakbaz organise plusieurs fois l'an un défilé de mode dans un complexe résidentiel du nord de Téhéran. Derrière les portes closes, son associée Mina Saber et elle reçoivent leurs clientes. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Elaheh Khakbaz organise plusieurs fois l'an un défilé de mode dans un complexe résidentiel du nord de Téhéran. Derrière les portes closes, son associée Mina Saber et elle reçoivent leurs clientes. 

  • Plusieurs femmes profitent d'un moment de répit dans le métro pour faire des emplettes auprès de commerçantes ambulantes. Vêtements pour enfants, sous-vêtements, maquillage et sucreries sont parmi les marchandises vendues à bas prix. | 13 octobre 2012

    Photo: Farzaneh Khademian 

    Plusieurs femmes profitent d'un moment de répit dans le métro pour faire des emplettes auprès de commerçantes ambulantes. Vêtements pour enfants, sous-vêtements, maquillage et sucreries sont parmi les marchandises vendues à bas prix.