• Accueil > 
  • Photos 
  • > Les «black cabs» de Londres se mettent au tout électrique 

Publié le 6 décembre 2017 à 11h34

Photos

Les «black cabs» de Londres se mettent au tout électrique J'aime (0 vote)

Partage

Partager par courriel
  • Un nouveau taxi noir londonien TX eCity passe devant le palais de Buckingham. | 6 décembre 2017

    AFP 

    Un nouveau taxi noir londonien TX eCity passe devant le palais de Buckingham. 

  • Peter Powell, âgé de 61 ans et chauffeur de taxi à Londres depuis 21 ans, accepte une course relayée sur l'écran tactile de son ordinateur de bord. Il aime le nouveau TX eCity, mais il dit que les chauffeurs plus âgés n'aiment pas le changement, en général. | 6 décembre 2017

    AFP 

    Peter Powell, âgé de 61 ans et chauffeur de taxi à Londres depuis 21 ans, accepte une course relayée sur l'écran tactile de son ordinateur de bord. Il aime le nouveau TX eCity, mais il dit que les chauffeurs plus âgés n'aiment pas le changement, en général. 

  • Un TX eCity stationné devant Lancaster House. Après avoir racheté la faillite de la London Taxi Company en 2013, le constructeur automobile chinois Geely a ouvert une usine en Chine pour les modèles diesel et investi 300 millions de livres (513 millions $ CAD) dans l'ancestrale usine qui assemble les black cabs depuis 70 ans. L'usine a été modernisée et convertie à l'assemblage de taxis électriques TX eCity, qui doivent graduellement remplacer les TX4 diesel. | 6 décembre 2017

    AFP 

    Un TX eCity stationné devant Lancaster House. Après avoir racheté la faillite de la London Taxi Company en 2013, le constructeur automobile chinois Geely a ouvert une usine en Chine pour les modèles diesel et investi 300 millions de livres (513 millions $ CAD) dans l'ancestrale usine qui assemble les black cabs depuis 70 ans. L'usine a été modernisée et convertie à l'assemblage de taxis électriques TX eCity, qui doivent graduellement remplacer les TX4 diesel. 

  • Un taxi TX eCity branché à une de recharge rapide. Il ne s'agit pas à proprement parler d'un véhicule tout électrique. Dans le jargon automobile, c'est un «hybride en série» rechargeable (comme la Chevrolet Volt vendue en Amérique du Nord), c'est-à-dire mu par un moteur électrique, mais dont les batteries peuvent aussi être rechargées par une génératrice à essence intégrée dans la voiture. | 6 décembre 2017

    AFP 

    Un taxi TX eCity branché à une de recharge rapide. Il ne s'agit pas à proprement parler d'un véhicule tout électrique. Dans le jargon automobile, c'est un «hybride en série» rechargeable (comme la Chevrolet Volt vendue en Amérique du Nord), c'est-à-dire mu par un moteur électrique, mais dont les batteries peuvent aussi être rechargées par une génératrice à essence intégrée dans la voiture. 

  • Chris Gubbey, pdg de la London EV Company,  pose dans le nouveau TX eCity électrique, devant l'ancienne centrale électrique Battersea à Londres. | 6 décembre 2017

    AFP 

    Chris Gubbey, pdg de la London EV Company,  pose dans le nouveau TX eCity électrique, devant l'ancienne centrale électrique Battersea à Londres. 

  • Chris Gubbey, pdg de la London EV Company,  pose dans le nouveau TX eCity électrique, devant l'ancienne centrale électrique Battersea à Londres. | 6 décembre 2017

    AFP 

    Chris Gubbey, pdg de la London EV Company,  pose dans le nouveau TX eCity électrique, devant l'ancienne centrale électrique Battersea à Londres. 

  • Un nouveau taxi noir londonien TX eCity passe devant le palais de Buckingham. | 6 décembre 2017

    AFP 

    Un nouveau taxi noir londonien TX eCity passe devant le palais de Buckingham. 

  • Peter Powell, âgé de 61 ans et chauffeur de taxi à Londres depuis 21 ans, accepte une course relayée sur l'écran tactile de son ordinateur de bord. Il aime le nouveau TX eCity, mais il dit que les chauffeurs plus âgés n'aiment pas le changement, en général. | 6 décembre 2017

    AFP 

    Peter Powell, âgé de 61 ans et chauffeur de taxi à Londres depuis 21 ans, accepte une course relayée sur l'écran tactile de son ordinateur de bord. Il aime le nouveau TX eCity, mais il dit que les chauffeurs plus âgés n'aiment pas le changement, en général. 

  • Chris Gubbey, pdg de la London EV Company,  pose dans le nouveau TX eCity électrique, devant l'ancienne centrale électrique Battersea à Londres. | 6 décembre 2017

    AFP 

    Chris Gubbey, pdg de la London EV Company,  pose dans le nouveau TX eCity électrique, devant l'ancienne centrale électrique Battersea à Londres. 

  • En Chine, pour le moment, on conduit des TX4 diesel, comme le montre cette photo de chauffeurs de la compagnie de taxi Qiangsheng, de Shanghai, le jour où ils ont pris possession de leur «taxis anglais Made in China», le 11 octobre 2014. | 6 décembre 2017

    REUTERS 

    En Chine, pour le moment, on conduit des TX4 diesel, comme le montre cette photo de chauffeurs de la compagnie de taxi Qiangsheng, de Shanghai, le jour où ils ont pris possession de leur «taxis anglais Made in China», le 11 octobre 2014.