• Accueil > 
  • Photos 
  • > F1 - À quand une femme au départ d'un Grand Prix? 

Publié le 31 octobre 2017 à 11h49

Photos

F1 - À quand une femme au départ d'un Grand Prix? J'aime (0 vote)

Partage

Partager par courriel
  • L'écurie Sauber a nommé la Colombienne Tatiana Calderon comme pilote de développement pour 2017. | 31 octobre 2017

    Photo : Compte twitter de Tatiana Calderon 

    L'écurie Sauber a nommé la Colombienne Tatiana Calderon comme pilote de développement pour 2017. 

  • La pilote d'essai Susie Wolff (à g.), de l'écurie Williams, lors de la première journée des essais d'avant-saison 2015 de la F1 au Circuit de Catalogne, près de Barcelone. | 31 octobre 2017

    AFP 

    La pilote d'essai Susie Wolff (à g.), de l'écurie Williams, lors de la première journée des essais d'avant-saison 2015 de la F1 au Circuit de Catalogne, près de Barcelone. 

  • La patronne de l'écurie Williams, Claire Williams, pense que la force physique généralement moins grande des femmes n'est pas un obstacle insurmontable à leur présence en F1. | 31 octobre 2017

    AFP 

    La patronne de l'écurie Williams, Claire Williams, pense que la force physique généralement moins grande des femmes n'est pas un obstacle insurmontable à leur présence en F1. 

  • La pilote de rallye française Michèle Mouton se moque de la théorie selon laquelle les femmes seraient désavantagées par des considérations physiques en pilotage : «Conduire, c'est toujours pareil: il faut être le plus en trajectoire. Il n'y a pas 36 000 façons de le faire et c'est la même pour une femme ou un homme.» | 31 octobre 2017

     

    La pilote de rallye française Michèle Mouton se moque de la théorie selon laquelle les femmes seraient désavantagées par des considérations physiques en pilotage : «Conduire, c'est toujours pareil: il faut être le plus en trajectoire. Il n'y a pas 36 000 façons de le faire et c'est la même pour une femme ou un homme.» 

  • Maria Teresa de Filippis a participé à trois GP en 1958. | 31 octobre 2017

    Wikipédia Russie 

    Maria Teresa de Filippis a participé à trois GP en 1958. 

  • Maria Grazia «Lella» Lombardi et le pilote Vittorio Brambilla discutent lors des essais du Grand Prix des Pays-Bas 1975. Lella Lombardi a participé à 12 Grands Prix de F1 durant les années 70. Sa 6e place au GP d'Espagne et sa 11e place aux 24 heures du Mans de 1977 sont les deux meilleurs résultats féminins dans ces deux hauts niveaux de course automobile. | 31 octobre 2017

    Photo Wikimédia 

    Maria Grazia «Lella» Lombardi et le pilote Vittorio Brambilla discutent lors des essais du Grand Prix des Pays-Bas 1975. Lella Lombardi a participé à 12 Grands Prix de F1 durant les années 70. Sa 6e place au GP d'Espagne et sa 11e place aux 24 heures du Mans de 1977 sont les deux meilleurs résultats féminins dans ces deux hauts niveaux de course automobile. 

  • La Suissesse Simona de Silvestro, au siège social de l'écurie Sauber à Hinwil, en Suisse, le 14 février 2014. Son parcours comme pilote de développement a pris fin faute de financement. | 31 octobre 2017

    AP 

    La Suissesse Simona de Silvestro, au siège social de l'écurie Sauber à Hinwil, en Suisse, le 14 février 2014. Son parcours comme pilote de développement a pris fin faute de financement. 

  • La pilote d'essai espagnole Maria de Villota, de l'écurie Marussia, avant le GP d'Australie le 15 mars 2012. Elle est morte un an et demi plus tard à l'âge de 33 ans des suites tardives d'un grave accident à l'entraînement durant lequel elle avait perdu son oeil droit et subi plusieurs blessures internes. | 31 octobre 2017

    AP 

    La pilote d'essai espagnole Maria de Villota, de l'écurie Marussia, avant le GP d'Australie le 15 mars 2012. Elle est morte un an et demi plus tard à l'âge de 33 ans des suites tardives d'un grave accident à l'entraînement durant lequel elle avait perdu son oeil droit et subi plusieurs blessures internes. 

  • L'Espagnole Carmen Jorda lors des essais libres du GP de Chine en 2015. Durant son emploi comme pilote de développement chez Lotus, puis chez Renault, ses détracteurs n'ont cessé d'affirmer qu'elle avait été recrutée plus pour sa beauté que ses qualités au volant. | 31 octobre 2017

    AFP 

    L'Espagnole Carmen Jorda lors des essais libres du GP de Chine en 2015. Durant son emploi comme pilote de développement chez Lotus, puis chez Renault, ses détracteurs n'ont cessé d'affirmer qu'elle avait été recrutée plus pour sa beauté que ses qualités au volant.