• Accueil > 
  • Photos 
  • > Les photos de 2012: colère et soulèvement 

Photos

Les photos de 2012: colère et soulèvement J'aime (3 votes)

Partage

Partager par courriel
  • Une femme en fauteuil roulant affronte les policiers antiémeutes à La Paz, en Bolivie, en février. Chaque année, les militants de la Caravane pour l'intégration sillonnent le pays pendant trois mois sur plus de 1000 km en fauteuils roulants. L'idée est de sensibiliser la population bolivienne à leur cause et de se faire entendre par le président Evo Morales. Le gouvernement a accepté de leur verser 140 $ par an, soit trois fois moins que ce qu'ils réclamaient. | 18 décembre 2012

    David Mercado, Reuters. 

    Une femme en fauteuil roulant affronte les policiers antiémeutes à La Paz, en Bolivie, en février. Chaque année, les militants de la Caravane pour l'intégration sillonnent le pays pendant trois mois sur plus de 1000 km en fauteuils roulants. L'idée est de sensibiliser la population bolivienne à leur cause et de se faire entendre par le président Evo Morales. Le gouvernement a accepté de leur verser 140 $ par an, soit trois fois moins que ce qu'ils réclamaient. 

  • Les forces de sécurité afghanes arrivent sur les lieux d'une manifestation antiaméricaine à la base militaire de l?OTAN à Jalalabad, à l'est de la capitale Kaboul. Au moins cinq manifestants sont morts et une trentaine ont été blessés dans des émeutes en février après que des exemplaires du Coran eurent été brûlés dans cette base militaire. | 18 décembre 2012

    Rahmat Gul, AP 

    Les forces de sécurité afghanes arrivent sur les lieux d'une manifestation antiaméricaine à la base militaire de l?OTAN à Jalalabad, à l'est de la capitale Kaboul. Au moins cinq manifestants sont morts et une trentaine ont été blessés dans des émeutes en février après que des exemplaires du Coran eurent été brûlés dans cette base militaire. 

  • Le candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle française, François Hollande, reçoit de la farine jetée sur lui par une femme, au moment où il signe un pacte pour favoriser l'accessibilité au logement, à Paris, le 1er février. La question du logement s'est imposée comme l'un des principaux thèmes des élections françaises. Selon les associations, 700 000 personnes en France n'ont pas de logement personnel et 3,6 millions sont « non ou très mal logées ». | 18 décembre 2012

    AP 

    Le candidat du Parti socialiste à l'élection présidentielle française, François Hollande, reçoit de la farine jetée sur lui par une femme, au moment où il signe un pacte pour favoriser l'accessibilité au logement, à Paris, le 1er février. La question du logement s'est imposée comme l'un des principaux thèmes des élections françaises. Selon les associations, 700 000 personnes en France n'ont pas de logement personnel et 3,6 millions sont « non ou très mal logées ». 

  • Cette fois, c'est en Libye que le terrorisme a frappé le 11 septembre. Ce soir-là, des dizaines d'hommes armés ont pris d?assaut et incendié le consulat américain. Quatre Américains, dont l'ambassadeur Christopher Stevens, ont été tués. | 18 décembre 2012

    Sam Al-Fetori, Reuters 

    Cette fois, c'est en Libye que le terrorisme a frappé le 11 septembre. Ce soir-là, des dizaines d'hommes armés ont pris d?assaut et incendié le consulat américain. Quatre Américains, dont l'ambassadeur Christopher Stevens, ont été tués. 

  • La bouche cousue, l'artiste russe Pyotr Pavlensky  a ainsi dénoncé, fin juillet, l'emprisonnement des membres du groupe punk rock Pussy Riot. | 18 décembre 2012

    Reuters 

    La bouche cousue, l'artiste russe Pyotr Pavlensky a ainsi dénoncé, fin juillet, l'emprisonnement des membres du groupe punk rock Pussy Riot. 

  • Il s'appelait Jamphel Yeshi et avait 27 ans. Il avait fui le Tibet en 2006 et vivait depuis à New Delhi, en Inde. Le 26 mars, dans un acte désespéré pour dénoncer la répression chinoise dans son pays, il s'est immolé par le feu, peu avant la visite du président chinois Hu Jintao. Il a succombé à ses blessures deux jours plus tard. | 18 décembre 2012

    Manish Swarup, AP 

    Il s'appelait Jamphel Yeshi et avait 27 ans. Il avait fui le Tibet en 2006 et vivait depuis à New Delhi, en Inde. Le 26 mars, dans un acte désespéré pour dénoncer la répression chinoise dans son pays, il s'est immolé par le feu, peu avant la visite du président chinois Hu Jintao. Il a succombé à ses blessures deux jours plus tard.